L’Ordinaire : première escale d’une trilogie qui appelle un vent favorable

2 réflexions sur “L’Ordinaire : première escale d’une trilogie qui appelle un vent favorable”

  1. En tant que metteur en scène du projet Trilogie Vinaver, je suis extrêmement touché par la critique de Anaïs Rouget et très reconnaissant.
    Anaïs Rouget a décrit avec précision et brio les enjeux de la pièce L’Ordinaire.
    Elle a également cerné clairement la dimension artistique de la trilogie dans son ensemble et la place que prennent les femmes, donc les actrices, dans ce projet ambitieux qui a besoin du soutien des autorités culturelles compétentes pour se déployer dans ces 3 escales successives.
    Elle a également rappelé l’importance de l’ oeuvre de Michel Vinaver et la modernité de son écriture et la vivacité de notre groupe Le Métathéâtre.
    Merci à elle, sincèrement, Pierre Dubey

  2. Les enjeux sont remarquablement bien perçus et exposés, vraiment, ceux de la pièce de Michel Vinaver comme ceux de la mise en scène qu’en propose Pierre Dubey. Bravo et merci chère Anaïs.
    Eric Eigenmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code