La nostalgie n’est plus ce qu’elle était

Avec Minuit à Paris, Woody Allen explore les arcanes, géographiques et temporelles, de la capitale française. Sur une idée géniale de scénario, il convoque Hemingway, Fitzgerald, Picasso, Dali, Buñuel et offre une réflexion quasi philosophique sur la création et la place que chacun occupe dans son époque. Brillant.

Lire la suite

Manhattan : l’ode de Woody Allen à New York

« ”Chapitre un : il adorait New York, même si New York métaphorisait le déclin de la culture contemporaine. Il était dur de survivre dans une société insensibilisée par la drogue, la musique stridente, la télévision, les crimes, les ordures…” (Trop agressif. Je ne tiens pas à faire agressif.) “Chapitre un : il était aussi dur et romantique que la ville qu’il adorait. Derrière ses lunettes noires il cachait la puissance sexuelle d’un grand félin.” (J’adore, ça !) “New York était et serait à jamais sa ville.” »

Lire la suite