Toutes ces choses qui nous ébranlent

Elles nous entraînent, nous happent, nous déciment, nous remettent sur pied. De cet heureux mélange d’émotions actives, Gisèle Vienne extrait et façonne une chorégraphie théâtrale jouée sans paroles – On sent, en nous, la vague monter jusqu’à la canopée et redescendre. Il n’y a pas seulement de l’extrême dans les raves. C’était du 12 au 14 novembre à la Comédie.

Lire la suite