Madeleine(s) de Proust : « Rester à jamais avec toi »

Aujourd’hui, Valentina Poduti vous présente une Madeleine de Proust. Comment rendre vivant un souvenir ? En passant par un « embrayeur sensoriel » – autrement dit, quelque chose qui se mange, se boit, s’écoute, se touche ou se sent… et qui nous plonge dans notre mémoire. En plus, Valentina a corsé le jeu, en présentant son souvenir sous une forme un peu particulière… Bonne lecture !

Lire la suite

Variations : Comment s’en sortir sans sortir

Le confinement a été une période particulièrement stressante – mais étonnamment riche en inspiration. Autour de la question « comment s’en sortir sans sortir ? », Luana Pidoux vous propose sa vision personnelle de la situation… à la manière de l’OuLiPo (Ouvroir de littérature potentielle).

Lire la suite

Le carnet maudit : Les mystères du passé

« Combien d’innocents étaient morts mystérieusement dans ces locaux ? Combien de suicides déguisés, de malades électrocutés ou amputés d’une partie de leur cerveau avaient laissé leurs empreintes en ces lieux diaboliques ? Parfois, la réalité est pire que la plus morbide des imaginations. Les théories de tortures et de manipulations diverses se confirmaient. »

Lire la suite

Pièces rapportées : LE JOURNAL (sans les parties qui m’ennuient)

Aujourd’hui, Giada Cantamessi vous propose un collage littéraire. Fait d’éléments hétéroclites (coupures de journaux, citations tronquées, phrases glanées ici et là), le collage littéraire crée un texte à partir du divers, de l’inattendu. Giada vous propose une expérience… visuelle.

Lire la suite

Une vie comme ça n’existe pas

L’enfermement d’une femme dans sa vie fantasmée, c’est, en substance, le propos d’Edith. Adapté du Journal d’Edith de Patricia Highsmith par Mathieu Bertholet, ce spectacle raconte la chute d’une femme des années 50, et les incidences de ses rêves sur la réalité. Première pièce à entrer au répertoire du POCHE/GVE, elle se jouera jusqu’à la fin de la saison.

Lire la suite

L’innocence d’Anne

Comment conserver l’intimité d’un journal une fois exposé sur les planches ? C’est le pari tenté par Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier, dans cette adaptation du Journal d’Anne Frank, sur la scène du Théâtre de Carouge jusqu’au 17 avril prochain. Un pari réussi pour un coup de cœur.

Lire la suite