Père

Les réverbères : arts vivants

Chemises pour moutons gris

Jusqu’au 29 janvier, à la Comédie, se jouait le propos multiséculaire d’une relation familiale irréconciliable, l’affrontement entre deux frères ennemis sous la figure autoritariste du père trépassé. C’est Jouer son rôle, un combat cathartique, tout en complexités et paradoxes, écrit, mis en scène, interprêté, éclairé et sonorisé par une équipe « work in progress » qui démontre avec talent que le tout est bien plus que la somme des parties.   

Read More
La plume : critiqueLa plume : littérature

Le Père Porcher ou la fantasy de Noël

« Finalement, une fois sa tâche terminée, la silhouette recula et sortit une liste de sa poche. Elle la leva à hauteur de capuche et parut la consulter. Elle agita vaguement l’autre main vers la cheminée, les empreintes de suie par terre, le verre de sherry vide et le soulier. Puis elle se pencha en avant, comme si elle lisait de minuscules caractères.
– Ah oui, fit-elle. Euh… Ho. Ho. Ho.»

Read More
La plume : critiqueLa plume : littérature

Les séismes du genre

« En bon scientifique, mon père nous avait employé les termes normatifs. Dysphorie de genre. Transidentité. Trouble de l’identité de genre. Non-congruence de genre. Ma mère n’y comprenant rien, mon père était passé au plan B. “Je suis une femme. À l’intérieur, une vraie. Ce n’est vraiment pas grave. Je t’aime. Je vous aime. Mais je n’ai jamais été un homme.” » (p. 22-23)

Read More