Un menu… à tomber par terre

À La Cuisine du Théâtre de Carouge, Jean Liermier et son équipe ont concocté un menu 19/20 digne des plus grands chefs pour la saison prochaine. Retour sur une succulente soirée de présentation.

Mise en bouche

Pour ouvrir l’appétit des spectateurs venus nombreux, le chef Jean Liermier a d’abord proposé une courte vidéo autour d’un spectacle monté par Jean Bellorini et Thierry Thieû Niang. Les Sonnets de Shakespeare ont résonné l’an dernier au Théâtre Gérard Philipe à Paris, portés par des voix d’enfants âgés de 9 à 20 ans. Une façon bouleversante et enrichissante de leur faire découvrir les textes intimes du dramaturge et, par ce biais, attiser leur sensibilité au théâtre. On est tout de suite dans le bain : la saison 19/20 promet !

©Mario Del Curto

Entrée

Avant les grands plats, le directeur est ensuite revenu sur la saison précédente, ouverte au BFM il y a tout juste un an. Nouveau logo, nouvelle ligne graphique, théâtre éphémère pour deux ans : cette saison était une période charnière, qui va encore se prolonger. Sur les 113 représentations depuis septembre 2018, de l’incroyable montage scénique de James Thiérée à la magie du Teatro Malandro, en passant par l’intimité d’Anne Frank ou la froideur du Misanthrope, le théâtre a atteint un taux exceptionnel de 84% de fréquentation ! Nul doute que ces chiffres vont encore flamber, au vu de la qualité des spectacles proposés.

Premier plat de résistance

La première partie de saison fera voyager. Les deux premiers spectacles, hors abonnement, emmèneront d’abord le public dans le Sondrebond, à travers le témoignage d’un soldat, sous la plume de Charles-Ferdinand Ramuz. Dans ce spectacle itinérant joué dans le camion-théâtre, Jacques Michel et ses deux acolytes, Carine Barbey et Olivier Gabus inviteront à redécouvrir la guerre entre vaudois et catholiques fribourgeois. Départ ensuite dans l’univers de Wajdi Mouawad, avec un spectacle joué en allemand, anglais, arabe, hébreu et surtitré en français. Un voyage international, dans l’intimité de l’auteur, pour un résultat qu’on annonce déjà indescriptible.

©Simon Gosselin (Tous des oiseaux)

La saison des abonnés débutera quant à elle le 27 septembre avec Une des dernières soirées de Carnaval, une pièce écrite comme cadeau d’adieu par Carlo Goldoni, invité à quitter sa Venise natale pour rejoindre Paris, dans laquelle il met en scène une dernière soirée de carnaval… inattendue. Suivra l’un des temps forts de la saison, avec la reprise des Sonnets de Shakespeare et la construction d’une piscine pour l’occasion ! Durant trois jours, des jeunes de la région, avec lesquels le projet sera entièrement remonté, se produiront sur la scène de la Cuisine, en hommage au célèbre dramaturge. L’année se terminera avec un spectacle dédié à une fête qui plaît à tous, avec Un conte de Noël, de Charles Dickens, mis en scène par Claude-Inga Barbey, au nom de laquelle toute la salle a réagi, pressé de découvrir le résultat de cette adaptation qui promet d’être magique.

©Bruno-Lévy (Sonnets)

Entremets

Petite pause dans le menu ensuite avec un point sur l’avancement des travaux. Une journée portes ouvertes aura lieu le 16 juin prochain, avec un concert de piano suspendu. Un moment à ne pas manquer !

Second plat de résistance

La seconde partie de saison s’annonce tout aussi alléchante, avec Eugène Ionesco qui sera à l’honneur. Cédric Dorier mettra en scène Le Roi se meurt au mois de janvier. Le drame et l’agonie seront sublimés pour une pièce pleine d’humour. Puis, douze ans après Histoires d’ELLES, Yvette Théraulaz reviendra avec Histoires d’ILS, une façon de rendre hommage aux hommes de sa vie, de montrer leurs peurs, leurs émotions, leurs histoires, toujours accompagné par le talentueux Lee Maddeford et ses instruments. Le chef Jean Liermier mettra la main à la pâte au mois de mars, avec La fausse suivante de Marivaux, une pièce dans laquelle il explore encore une fois l’illusion des sentiments, sans jamais parler d’amour…

Et puis, la saison se clôturera en montrant, en quelque sorte, la Genèse de l’ouverture de la saison précédente, puisque la mère de James Thierrée, Victoria Thierrée Chaplin, présentera Bells and Spells, un spectacle écrit pour sa fille Aurélia, qu’elle mettra en scène, dans un univers fantasmagorique et plein de poésie.

©Richard Haughton (Bells and Spells)

Dessert

La présentation du menu s’est conclue en douceur, avec les divers événements proposés en marge des spectacles, qu’il s’agisse de rencontres, de journée d’immersion ou encore de cours de cuisine – eh oui ! – avant d’emmener le public déguster enfin des bons petits plats, que ce soit dans la cour, au foyer ou même sur la scène. L’occasion de rencontrer l’équipe qui travaille d’arrache-pied à faire vivre ce théâtre et que Jean Liermier n’a pas manqué de remercier chaleureusement, pour cette saison qu’il a annoncée à de nombreuses reprises être « à tomber par terre », idée reprise en chœur par les spectateurs…

Le menu 2019/2020 du Théâtre de Carouge, qui sera à n’en pas douter crédité d’un 20/20, nous met déjà en appétit. On a hâte d’y être !

Fabien Imhof

Photos : ©Sandra Mills (photo de La Cuisine), ©Mario Del Curto (portrait de Jean Liermier), ©Simon Gosselin (Tous des oiseaux), ©Bruno-Lévy (Sonnets), ©Richard Haughton (Bells and Spells)

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code