Charles Nouveau : joyeux humoriste ?

La morne et froide saison s’annonce… alors pourquoi ne pas rire un bon coup pour conjurer la grisaille ? Charles Nouveau, humoriste suisse qui roule sa bosse à Paris, pose ses valises au Caustic Comedy Club de Carouge, avec Joie de vivre. Tout un programme !

La joie de vivre, c’est quoi, pour vous ? Les petites fleurs, les oiseaux qui chantent ? Une bonne bière entre potes, une toile qu’on se fait le samedi soir ? Un rayon de soleil ou un billet de 50CHF oublié dans une poche ? Peut-être – peut-être pas. Pour Charles Nouveau en tout cas, la joie de vivre, ce n’est pas ça. Non. Elle a plutôt le relent de la vengeance qui se mange en plat froid, l’acidité d’un humour noir bien balancé, le sarcasme devant les inégalités du monde, le goût de la dénonciation de nos petites vies trop bien rangées.

La Joie de vivre de Charles Nouveau s’apparente davantage à un cheminement intérieur parsemé d’embuches qu’à un état de douce et sereine paix. Son spectacle, il l’a écrit à un moment où il allait particulièrement mal – rupture mal digérée, ex qui devient l’ennemi à abattre, besoin d’exorciser. Rien de bien nouveau (sans jeu de mots), mais Charles réussit, à partir de cette situation d’écriture, à concevoir un one-man show rythmé et caustique, où on ne reste pas dans l’auto-affliction… même s’il est beaucoup, BEAUCOUP question de « soi-même », « je », « moi » et encore « MOI ». Oui, Charles Nouveau nous parle de lui et aime ça – mais pas que.

Joie de vivre réussit le pari osé d’aborder certains sujets qui, aux premiers abords, ne témoignent pas franchement d’un optimisme assumé.

En vrac ? Les accidents de personnes sur les voies ferrées (litote élégante pour désigner des suicides sanglants qui ne laissent personne indemne – évidemment pas le protagoniste principal et encore moins le conducteur, sans parler des passagers qui s’impatientent), les ruptures amoureuses et leurs rebondissements dégoulinant de fiel, les Parisiens et leur ville qui pue la pisse, l’idée de sa propre disparition et le sentiment exaltant d’imaginer les conséquences de sa propre mort (mais QUI viendra à mon enterrement ?), le parallèle troublant qu’il existe entre les prostituées et les humoristes (hé ouais, dans les deux cas, on les PAIE pour qu’ils nous donnent du plaisir, non ? Sauf que si, dans le cas du sexe tarifé, vous êtes au centre de l’attention, c’est bien l’humoriste qui occupe le devant de la scène dans le tête-à-tête parfois très intime qu’il vous offre) ou encore la vérité qu’il faut toujours dire aux enfants (ne mentez jamais, JAMAIS à vos neveux – sérieux).

Pour désamorcer la stupeur de son public (oui, parce que, quand on balance son envie de suicide après environ 8 minutes de spectacle, pas évident d’éviter l’enlisement), Charles Nouveau peut compter sur une bonne dose de narcissisme (moi, moi et encore moi !) et de mauvaise foi, un rythme qui laisse haletant, une gueule blasée et pourtant très expressive… sans parler d’un humour férocement corrosif ! On rit beaucoup, dans Joie de vivre – un rire franc, un rire gêné, un rire jaune, un rire moqueur… un rire qui exprime sans doute cette « joie » tant recherchée, mais dans des facettes bien plus complexes que celles à quoi on se serait attendu.

Alors, que vous soyez un optimisme convaincu ou un cynique indécrottable, que vous aimiez parler de vous tout en étant prêt à entendre un autre parler de lui, que vous ayez déjà vécu un accident de personne ou vécu à Paris, n’hésitez plus : Charles Nouveau est encore au Caustic le 28 novembre et le 12 décembre. Un peu de joie de vivre, bordel !

Magali Bossi

Infos pratiques :

Charles Nouveau, Joie de vivre, le 28 novembre et le 12 décembre au Caustic Comedy Club.

https://www.causticcomedyclub.com/

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/charlesnouveau/

Photo : ©Charles Nouveau

Magali Bossi

Magali Bossi est née à la fin du millénaire passé - ce qui fait déjà un bout de temps. Elle aime le thé aux épices et les orages, déteste les endives et a une passion pour les petits bols japonais. Elle partage son temps entre une thèse de doctorat, un accordéon, un livre et beaucoup, beaucoup d’écriture.

Une réflexion sur “Charles Nouveau : joyeux humoriste ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code