Communier par l’expérience imaginaire

« Je pensais aux biologistes et à leurs découvertes, pas sur les ifs, d’autres, plus émouvantes : que l’individu n’existe pas chez les végétaux aux structures décentralisées. Que lorsqu’un arbre vieillit, il devient une forêt, et qu’en mourant, il fait naître autour de sa souche une centaine de drageons. Ça me donnait envie d’être solidaire »

Lire la suite

La société égyptienne dans l’œil d’un égyptien

« En vieillissant, j’ai compris que l’homme n’a presque rien entre ses mains. Taha continue à lire des invocations jusqu’à ce que le soleil du matin brille dans la pièce et que, petit à petit, les cabanes de fer se mettent en mouvement : des voix, des cris, des rires, des quintes de toux, des portes qui se ferment et qui s’ouvrent, l’odeur de l’eau chaude en train de bouillir du thé, du café, du charbon de bois et le mouassel des narguilés. »

Lire la suite

Céline, la guerre dans la tête

Écrit deux ans après la parution de Voyage au bout de la nuit, Guerre a connu une existence rocambolesque avant d’être miraculeusement retrouvé en août 2021. Derrière les péripéties de son vol et de sa restitution, il s’agit surtout d’un grand texte littéraire signé d’un auteur au sommet de son art et de sa maîtrise stylistique.

Lire la suite

Quand le sport procure des émotions

On a toutes et tous en tête un souvenir marquant, un moment de sport qui nous a ému·e·s. Dans Je n’ai jamais rien vu de plus fort, plusieurs auteurs et autrices reviennent, à leur manière, sur cet instant qu’ils gardent précieusement dans leur cœur. Un recueil paru chez Cousu Mouche en novembre 2020.

Lire la suite

Retour à Liverpool : les Beatles et la crise de la quarantaine

Avec Retour à Liverpool, le scénariste Hervé Bourhis et le dessinateur Julien Solé signent une BD uchronique où les anciens Beatles se trouvent entraînés dans une foule d’aventures plus délirantes les unes que les autres.

Lire la suite

Bribes de voyage

« On ne dépasse pas une mauvaise expérience dans la réclusion, mais en se risquant dans d’autres aventures, tant et si bien qu’enfin le ressentiment vacille ; qu’entamée, divisée, réduite à de frêles îlots, l’amertume laisse place au désir retrouvé d’inconnu et de surprise »

Lire la suite

L’amour pour la Vie

« J’ai fait un effort pour cacher ma gêne. Pourquoi avais-je aussi souvent envie de pleurer ? J’aurais tellement aimé pouvoir dire un merci joyeux à cette femme et m’en aller content. Non, j’étais au bord des larmes, pitoyable. Je me jugeais d’une faiblesse extrême. »

Lire la suite

À clown triste, écriture blanche

« Être clown m’avait démoli. Moralement surtout. Les rires me renvoyaient à tout le dérisoire, joué ou non, simulé ou vécu qui était le mien ; bientôt je n’ai plus pu les supporter alors qu’ils étaient le but même et la récompense suprême de mon travail. Je devenais fou. »

Lire la suite

Une satire aussi hilarante que percutante

« Comme le suggère notre nom latin, Blattodea, nous sommes des créatures qui évitent la lumière. Nous comprenons et aimons l’obscurité. En des temps plus récents, au cours des deux cents derniers millénaires, nous avons vécu près des humains et découvert leur propre goût pour l’obscurité, à laquelle ils sont moins attachés que nous. Mais dès qu’elle prévaut chez eux, nous prospérons. »

Lire la suite