Dialoguer avec… une fougère !

Vous êtes-vous déjà demandé ce que ressentait une fougère ? Comment elle communique avec le monde ? Grâce à une intelligence artificielle, c’est possible, dans Arborescence programmée. Ce spectacle innovant de la Cie La Bocca della Luna était à l’Usine à gaz de Nyon les 5 et 6 mars.

En entrant dans la salle 2 de l’Usine à gaz, on nous distribue un casque audio. Après nous avoir donné quelques recommandations d’usage, une voix féminine s’adresse à nous : c’est REMI (Réseau d’Enseignement Méga Intelligent), une intelligence artificielle qui va scanner nos informations à travers les réponses auxquelles nous penserons durant une série de questions qu’elle nous pose. Nous, spectateur·trice·s, faisons partie d’un groupe pilote. Bien vite, REMI remarque qu’il nous manque certaines connaissances. Elle fait donc appelle à XRW9, un livreur (alias Fred), qui apporte une fougère, qu’il dépose sur le pupitre ovale blanc, devant le mur blanc qui constitue le seul décor de ce spectacle. Mais l’expérience proposée va prendre une tournure inattendue…

Questionner l’IA

Les intelligences artificielles sont de plus en plus perfectionnées, si bien que l’on craint qu’un jour elles ne prennent le dessus sur l’être humain. Avec REMI, il semblerait qu’on ait atteint un stade plutôt élevé. Seulement voilà, si ses connaissances sont passablement étendues, il lui manque une chose que nous, les humains avons : la capacité de ressentir des choses. Alors quand, pour nous plonger dans une ambiance forestière, REMI se contente de nous passer un morceau de la playlist « forêt » de sa base de données, XRW8 intervient et lui explique ce qu’est véritablement l’ambiance de ce lieu. Dans nos oreilles résonnent alors petit à petit le bruit du vent dans les feuilles, les craquements des pas sur le sol, le doux clapotis du ruisseau, les sifflements des oiseaux… Le casque que nous portons permet ainsi de créer une ambiance sonore, comme un bulle qui nous transporte. En n’oubliant pas de démontrer les limites de l’intelligence artificielle.

Étant imprégné par nos sens de l’univers dans lequel évolue habituellement la fougère, nous sommes désormais plus aptes à entrer dans l’expérience, comme si le monde autour n’existait plus…

Dialoguer avec une fougère

Dans son élan, XRW9 propose à REMI de tester un appareil qu’il vient d’acheter sur Amazon : celui-ci permet, à l’aide de capteurs, de transformer les pulsations de la plante en musique.[1] Mais ici, sans qu’on ne se l’explique vraiment, les résultats vont au-delà de nos attentes : la fougère prend la parole ! Et nous voici embarqués dans un dialogue entre un être humain, une intelligence artificielle et une fougère. Cette discussion remet beaucoup de nos certitudes en question. C’est là toute la force de cette Arborescence programmée.

Toutes les inventions de l’être humain, notamment en ce qui concerne la communication, la nature les faisait avant nous, en mieux, et surtout sans faire de mal à personne. Ainsi, nos réseaux internet et téléphoniques ne sont rien d’autre qu’une version invisible des rhizomes qui permettent aux plantes de communiquer entre elles. Elles n’ont pas besoin de couper d’arbres ou de construire des bâtiments pour y parvenir. Alors, petit à petit, au fil de la discussion, on se prend à avoir de l’empathie pour cette fougère. Et l’on découvre des questions qu’on ne se posait pas jusqu’alors : Comment réfléchit-elle sans cerveau ? Comment tient-elle debout sans muscles ? Et surtout, comment ressent-elle sans cœur ?

On parle souvent de se reconnecter à la nature. La Cie La Bocca della Luna y parvient d’une manière qu’on n’avait pas anticipée : en renversant nos convictions, avec une petite plante, tout à fait anodine, qui nous en apprend plus que la plus perfectionnée des intelligences artificielles. On ressort de ce spectacle, de cette expérience immersive devrait-on dire, avec une autre énergie, et surtout plein de réflexions sur le monde qui nous entoure. Un vrai coup de cœur !

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Arborescence programmée, de Muriel Imbach, pour la Cie La Bocca della Luna, les 5 et 6 mars 2022 à l’Usine à gaz de Nyon.

Mise en scène : Muriel Imbach

Avec Fred Ozier, REMI et une fougère

https://usineagaz.ch/event/arborescence-programmee-la-bocca-della-luna-ch/

Photo : © Philippe Weissbrodt

[1] Un tel appareil existe réellement : https://positivr.fr/plantwave-ecouter-plantes-chanter/

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code