« Je » est-il vraiment un autre ?

Du 3 au 13 octobre, la Cie Marjolaine Minot sera au Théâtre Alchimic, dans une pièce qui explore les dessous de la relation que nous entretenons tous avec nous-mêmes : Je suis la femme de ma vie.

On est toutes la femme de notre vie ; on est tous l’homme de notre vie. Au-delà des relations d’amitié, d’amour, de sang, quand tout ça disparaît, il reste le rapport que nous entretenons à nous-même – mélange de narcissisme, de détestation, d’admiration ou d’autocritique. Qui est-on réellement et comment vit-on avec soi ?

Ces questions, ce sont celles qu’a choisi d’aborder Marjolaine Minot dans un spectacle qui se veut autofictionnel : comprenez par là que l’autobiographie n’est pas loin (l’actrice joue son propre rôle et s’inspire de sa propre vie), mais que l’invention reste un maître-mot. Dans une mise en scène de Philippe Minella, Je suis la femme de ma vie est une incursion dans l’intime de l’être, à la frontière entre la personne réelle et son double imaginaire. La pièce se veut pluridisciplinaire, mélangeant théâtre, musique live et projections astucieuses… le tout sur un plateau de bois qui tourne et tourne encore, comme les pensées dans la tête de l’héroïne !

Destiné à un public dès 10 ans, Je suis la femme de ma vie ne manquera pas de vous questionner… Et vous, êtes-vous l’humain de votre vie ?

Des invitations à ce spectacle nous sont offertes par le Théâtre Alchimic, pour les représentations du 4, 5 et 8 octobre. Vous souhaitez en obtenir ? Rien de plus simple, envoyez un e-mail à fabien.imhof@lapepinieregeneve.ch ou tentez votre chance sur notre page Facebook ou Instagram. Nous tirerons au sort les lauréats !

Magali Bossi

Infos pratiques :

Je suis la femme de ma vie, de Marjolaine Minot (avec la collaboration de Philippe Minella), du 3 au 13 octobre 2019 au Théâtre Alchimic.

Mise en scène : Philippe Minella

Avec Marjolaine Minot (jeu) et Rafaël Koerner (batterie live)

https://alchimic.ch/je-suis-la-femme-de-ma-vie/

Photos : © Marion Savoy

Magali Bossi

Magali Bossi est née à la fin du millénaire passé - ce qui fait déjà un bout de temps. Elle aime le thé aux épices et les orages, déteste les endives et a une passion pour les petits bols japonais. Elle partage son temps entre une thèse de doctorat, un accordéon, un livre et beaucoup, beaucoup d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code