Le Petit Poucet et l’école à l’ancienne

Les 13 et 16 mars, le Théâtre Forum Meyrin accueille Scopitone & Cie, dans une revisite originale du Petit Poucet. Au programme : le conte version audio, du théâtre d’objets, un professeur pas commode, mais aussi des activités pour toute la famille.

À notre arrivée dans le foyer – le spectacle ne se joue pas dans la grande salle – nous voici face à une reproduction de vieil écran, façon premiers téléviseurs. Un maître d’école se tient devant : il paraît tout droit sorti des années 20. Avec sa veste grise, ses grosses lunettes et sa règle à la main, il nous rappelle monsieur Latouche, l’enseignant de l’élève Ducobu dans la bande dessinée. À ceci près qu’il ne parle pas : il ne communique qu’à l’aide de son sifflet, à grands renforts de gestes. Et après avoir montré aux enfants un vieux livre du Petit Poucet ainsi qu’un disque du conte enregistré, le voilà qui nous passe cette version audio, en jouant avec des objets plutôt inattendus…

À la découverte du passé

L’originalité de cette version du Petit Poucet réside dans le fait de plonger le public dans une période souvent fantasmée mais vécue, il est vrai, par très peu des spectateur·trice·s présent·e·s. Je m’explique : On a tous en tête ce maître sévère, qui mettait les élèves au coin avec leur bonnet d’âne et qui tapait sur les doigts des cancres avec sa règle… C’est à lui, ou plutôt à une version comique de ce maître, que nous avons affaire. Et pour aller plus loin, il nous propose d’illustrer le conte avec des objets… de l’école ! Les enfants sont ainsi des cahiers – Petit Poucet étant un mini-livre – alors que l’ogre prend la forme d’un gros crayon, muni d’un énorme compas en guise de bottes de sept lieues. Ces éléments créent un décalage entre l’histoire qu’on entend et qu’on s’imagine, tout en attirant notre regard avec une gestuelle pour le moins originale.

Le tout fonctionne d’ailleurs très bien, puisqu’on se laisse prendre au jeu. Et quand le maître distribue les bons points et organise un concours de corde à sauter à la récréation, on est en plein dedans. L’objectif est atteint : les enfants (et les adultes) découvrent ou redécouvrent un conte mythique, tout en riant et en ayant un aperçu de ce qu’était l’école il y a longtemps. Vous me direz que des cahiers, on en a toujours. Mais pour combien de temps… ?

Inclure les familles

Lors de la création d’un spectacle pour enfants, la difficulté réside souvent dans le fait de s’adresser non seulement aux plus jeunes, mais aussi à leurs parents. Scopitone & Cie y parvient avec brio, grâce à cette mise en scène, ainsi qu’avec le choix des chansons : si l’on est d’abord accueilli par le Sacré Charlemagne de France Gall, la pièce se conclut en beauté avec Sheila, qui nous rappelle que L’école est finie. De quoi embarquer les plus nostalgiques des parents dans la musique de leur enfance.

Et cela ne s’arrête pas là : le TFM propose, autour du spectacle, une véritable fête ! Jeux pour enfants, chamboule-tout, memory… Dans le foyer du théâtre, on a vu les choses en grand. Une manière d’attirer le jeune public et de l’habituer, déjà, à se rendre dans ses lieux. Tout en lui montrant que le théâtre, s’il conserve une certaine vocation éducative, se veut avant tout ludique et divertissant. Pari réussi !

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Le Petit Poucet, d’après Charles Perrault, par Scopitone & Cie, du 13 au 16 mars 2022 au Théâtre Forum Meyrin

Mise en scène : Cédric Hingouët

Avec Fanch Jouannic

https://www.forum-meyrin.ch/spectacle/le-petit-poucet-0

Photo : © Scopitone & Cie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code