Le Théâtre de Carouge continue à faire sa (petite) Cuisine

Avant le déménagement prévu en 2021, l’équipe du Théâtre de Carouge et son directeur Jean Liermier continueront d’accueillir le public dans la Cuisine de la Rue Baylon, la saison prochaine. Avec un programme riche, varié et de grands noms au programme, le menu s’annonce alléchant !

« Oui, le Théâtre de Carouge, c’est tout ça. Une mémoire éclairante pour demain, le bonheur intense d’être au service de quelque chose qui vous dépasse, qui est plus grand, plus fort que vous, qui vous révèle justement parce que vous le défendez. Mais il y a autre chose. Une chose que je ne pourrais décrire. Qui ne se voit pas. Qui se sent. Se ressent. C’est un Esprit. Qui était là avant nous et qui le sera après. Qui perdurera. Un Esprit, et léger et grave, qui nous inscrit sur la ligne du Temps, qui s’affranchit des modes et de la toute puissante actualité. Qui que vous soyez, d’où que vous veniez, osez, cette saison est rêvée pour Vous! Osez franchir la porte! Osez sentir ce souffle, cet esprit! Il apaise, il est un baume, même quand parfois, il gronde et hurle en silence. Je vous souhaite la bienvenue dans votre Théâtre de Carouge, la Maison du Théâtre[1]! »

Par ces mots, Jean Liermier invite le public à revenir, dès septembre, peupler la Cuisine, partager des moments de vie, de théâtre, autour d’une saison qui promet, comme toujours, de s’adresser à tous. Après le succès des Oiseaux de Wajdi Mouawad, le Théâtre de Carouge accueillera à nouveau le festival de La Bâtie, avec Optraken, une création du Galactik Ensemble, un spectacle drôle qui mêlera cirque, acrobatie, danse et jeu… à découvrir du 11 au 13 septembre.

Des classiques…

La saison du Théâtre de Carouge à proprement parler débutera quant à elle le 28 octobre. Durant quatre jours, Jean Liermier mettra à l’honneur un classique parmi les classiques : Cyrano de Bergerac, déjà présenté en 2017. Les représentations à La Cuisine inaugureront la tournée du spectacle, qui passera, entre autres, par Paris, Lyon et Marseille. Edmond Rostand ne sera pas le seul à l’honneur, puisqu’entre janvier et février, le public aura l’occasion de redécouvrir Oh les beaux jours, un texte de Samuel Beckett brillamment interprété par Anne Durand. Ce spectacle avait été présenté la saison dernière aux Amis musiquethéâtre, avec un succès retentissant. Troisième classique, et non des moindres au programme, Fracasse, d’après Le capitaine Fracasse de Théophile Gautier. L’adaptation et la mise en scène seront signées par Jean-Christophe Hembert, qui n’est autre que l’interprète de Karadoc dans la série Kaamelott. Proche collaborateur d’Alexandre Astier et formé, entre autre, par le grand Roger Planchon, on ne doute pas de ses inspirations… Une rencontre entre plusieurs univers qui promet, dès le 13 avril 2021 !

… et des créations originales !

Comme depuis quelques années, la famille Thierrée sera mise à l’honneur durant cette saison. À commencer par James, qui proposera Room, au mois de décembre. Dans ce spectacle mêlant musique, danse et théâtre, il tentera d’enchanter le public et de l’emmener dans sa magie, comme il l’avait fait avec Raoul, spectacle inaugural de La Cuisine. En mars, c’est sa mère, Victoria Thierrée Chaplin, qui mettra en scène Bells and Spells, un spectacle qui devait clore la saison 19/20, avec pour interprète Aurélia Thierrée. Au vu des événements, tout cela a dû être reporté et le public aura la chance de découvrir ce spectacle durant quelques jours en 2021.

Quelques autres spectacles seront encore au menu de ce programme riche ! Citons d’abord Le conte des contes, dans une mise en scène du Teatro Malandro d’Omar Porras. Un mélange de comédie musicale et de carnaval, qui n’a pas pu voir le jour en mars au TKM, et que le public genevois aura l’occasion de découvrir du 12 au 24 janvier 2021. Fin février, c’est un projet un peu fou mené par Julie Gilbert, Dominique Perruchoud et Michèle Pralong. Sixième épisode d’un parcours qui mènera le public dans divers théâtres durant toute la saison, Vous êtes ici, au cours duquel des questions fondamentales sur la société que nous voulons seront posées, dans une mise en scène d’Oscar Gomez Mata. Juste après cela, place à la Tragédie comique, renaissance d’un spectacle présenté à Saint-Gervais en 1989, qui avait ébloui Jean Liermier. Ève Bonfanti et Yves Hustand redonneront donc vie à cette invitation à faire la fête.

Enfin, la saison se conclura avec un repas-spectacle : Le Zanzibar, de Valérie Poirier. Quelle meilleure façon de fermer La Cuisine que d’y partager un repas ? L’occasion de partager, dans la salle d’un restaurant réaménagée sur la scène, des tranches de vie du personnel et des clients. Le tout en mangeant !

Alors, cette présentation vous a ouvert l’appétit ? En guise d’apéritif, le Théâtre de Carouge participera, ce soir entre 22h et minuit, à la Night of Light, une démarche artistique durant laquelle plusieurs théâtres romands s’illumineront, afin de rendre compte de la situation dramatique que vit la culture actuellement. Un projet qui nous rappelle que, malgré l’alléchant menu proposé, tout n’est pas rose suite à cette crise sanitaire. Alors, tous ensemble, acteurs, public et partenaires, faisons en sorte que la fête soit belle !

Fabien Imhof

Le programme complet est à retrouver sur le site du Théâtre de Carouge

Photos : © Mario Del Curto (Cyrano), © Anouk Schneider (Oh les beaux jours), © Stéphane Gaillochon (La tragédie comique)

[1] Extrait du mot de Jean Liermier : https://theatredecarouge.ch/actualites/detail/le-mot-de-jean-liermier/

 

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.