Dans la dépendance du couple

Être un couple et maintenir l’équilibre n’est pas aisé. On peut même dire qu’il s’agit d’une Laborieuse entreprise, ainsi que le dit le titre de la pièce satirique de Hanokh Levin. Françoise Courvoisier et Christian Gregori y interprètent brillamment un couple qui se déchire, pour mieux se rabibocher.

Sur la scène des Amis musiquethéâtre, on entre dans la chambre (et l’intimité aussi !) des Popokh, Yona est en pleine insomnie. Assis sur son lit, il partage au public son inconfort dans cette relation qui dure depuis 30 ans. Il n’en peut plus et cette fois, c’est décidé, il part. Ni une, ni deux, le voilà en train de préparer sa valise. Jusqu’au réveil de sa femme Léviva… S’ensuit une longue dispute dans laquelle elle fait tout pour le convaincre de rester. Sans surprise, on connaît déjà l’issue de cette discussion. Le scénario tourne en boucle entre l’envie de partir et celle de rester, jusqu’à l’arrivée de l’envahissant Gounkel, venu chercher en pleine nuit, dans le froid et sous la pluie, un cachet d’aspirine…

De l’interdépendance

L’écriture de Hanokh Levin est marquée par une forte présence d’un ton satirique. On le retrouve dans Une laborieuse entreprise. Et on peut le dire : on rit énormément. Yona n’arrête pas d’envoyer des piques toutes plus hilarantes les unes que les autres à sa chère Léviva, qui ne se laisse pas démonter. Le couple nous rappelle bien vite les Raymond et Huguette de Scènes de ménages : toujours à se disputer, mais avec toujours une grande complicité. Surtout lorsqu’il s’agit d’importuner les autres… Et dans ce couple où rien ne va plus – croit-on d’abord – on comprend rapidement que l’un ne peut pas vivre sans l’autre. Yona paraît ainsi en position de force lorsqu’il évoque son départ, bien décidé à mettre fin à cette relation. Seulement voilà, il dépend de Léviva financièrement. Et au moment de penser à son futur appartement miteux et à sa solitude, il y réfléchit à deux fois. Quant à Léviva, plus sentimentale, sa dépendance se situerait plutôt du côté affectif. Qu’on ne s’y trompe pas, il y a encore de l’amour entre eux ! Les deux personnages peuvent ainsi paraître archétypaux. Sans cela, les effets comiques ne seraient sans doute pas aussi efficaces ! Surtout, cela montre bien tous les aspects présents au sein de la relation, où l’amour ne fait pas tout… Et l’on comprend mieux le titre ce spectacle. Car le couple est bel et bien Une laborieuse entreprise, dans laquelle il faut mettre tout son cœur, son énergie, et faire quelques concessions pour qu’il fonctionne.

S’allier face à la solitude

J’évoquais tout à l’heure le lien avec les personnages de Scènes de ménages, plus que jamais complices lorsqu’il s’agit d’embêter une tierce personne. L’arrivée de Gounkel (Julien Tsongas), au pire moment de la dispute, tombe à point nommé ! Le « tout petit Gounkel » comme il aime à s’appeler ne veut surtout pas déranger : promis, il va juste prendre son aspirine et s’en ira. Vous l’aurez compris, il n’en est rien. L’importun cherche simplement la compagnie, lui qui se trouve dans une solitude extrême. Tous les prétextes sont bons pour envahir la chambre du couple, jusqu’à réclamer qu’on lui rende son chapeau préféré, prêté à Yona il y a plus de quinze ans… Quel meilleur moyen de se retrouver pour les Popokh que de s’allier pour mettre dehors leur « ami » ?

Au-delà de l’effet comique de la scène, c’est la dimension symbolique qui interpelle. Gounkel représente la solitude par excellence. En se retrouvant pour le mettre dehors, c’est directement la solitude qu’ils chassent de leur couple. Pour mieux se rendre compte que s’ils restent ensemble, c’est aussi pour ne pas devenir des Gounkel. Car à deux, on avance mieux, non ? Et si être un Popokh n’est pas tous les jours facile, on s’en accommode bien volontiers quand on voit la détresse dans laquelle se trouve Gounkel… Alors, vous êtes plutôt Popokh ou Gounkel ?

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Une laborieuse entreprise, de Hanokh Levin, du 9 au 28 novembre 2021 aux Amis musiquetthéâtre.

Mise en scène : Françoise Courvoisier, avec la collaboration de Julien Tsongas et Léa Déchamboux

Avec Françoise Courvoisier, Christian Gregori et Julien Tsongas

https://lesamismusiquetheatre.ch/laborieuse_entreprise/

Photos : © Daniel Calderon

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code