D’autres : seule en scène comme à plusieurs

Le théâtre le douze dix-huit accueille Tiphanie Bovay-Klameth ce week-end, pour son seule en scène D’autres. Elle recrée, avec brio, l’ambiance de la préparation à la fête annuelle de la gym du village de Borbigny. Hilarité garantie !

La fête approche : tout le monde met la main à la pâte. Il faut peaufiner les costumes, revoir la chorégraphie, finaliser les décors, s’assurer qu’il y aura assez à boire et à manger… Bref, l’organisation classique d’une kermesse de village ! Et pourtant, la communauté est frappée par un deuil, après la mort d’une figure bien connue de tou·te·s. Qu’importe, il faut continuer d’avancer, même si ce n’est pas simple. Et quand on pense que tous les personnages concernés par cet événement sont interprétés par la seule et unique Tiphanie Bovay-Klameth, on perçoit l’étendue très vaste de la tâche…

Faire travailler l’imaginaire

Sur la scène, aucun décor. Seules cinq bouteilles d’eau sont alignées côté cour : il faudra bien que la comédienne s’hydrate un peu, avec tous les efforts qu’elle produit. Tiphanie Bovay-Klameth est donc seule, sans aucun accessoire. Et tout commence dans une forêt, au bord d’un ruisseau. Par les mimes et la gestuelle qu’elle produit, on voit la forêt imaginaire se développer sous nos yeux. Le ton est donné : elle va nous faire rêver ce soir !

Cela se confirme lorsqu’elle commence à interpréter la multitude de personnages qui gravitent autour du spectacle organisé par la gym : par ses postures, ses changements de voix, ses accents, mais aussi les tics de langage de chacun·e, elle fait en sorte que l’on reconnaisse tout le monde, sans avoir à répéter les prénoms à chaque fois. Une véritable prouesse, quand on pense au nombre de rôles qu’elle endosse !

Théâtraliser le quotidien

Ces personnages, ce sont toutes et tous des « anonymes », membres émérites de la société de gymnastique du village de Borbigny. C’est leur vie somme toute banale qui nous est racontée. Loin des tragédies shakespeariennes, Tiphanie Bovay-Klameth parvient tout de même à en faire ressortir toute la dimension du héros tragique, de la figure comique. Ceci doit beaucoup au fait que, au milieu de cette préparation, le village est touché par un deuil : la vie, la mort, du vrai Shakepeare en somme ! Le passage de la cérémonie funéraire amène un côté touchant et plus émotionnel, tout en gardant bien sûr son esprit comique. Et tout cela parle au public : pour peu qu’on ait déjà participé à l’organisation d’une kermesse ou que l’on fasse partie d’une association ou d’une autre, on retrouve parmi les personnages des êtres qu’on a forcément côtoyé·e·s. Quel talent !

Ainsi, on croise cette femme pleine de bonne volonté mais qui n’a, il faut bien le dire, aucune faculté particulière : attention à ne pas le vexer toutefois ! Il y a, bien sûr, celle qui prend tout en mains et se plaint qu’on ne l’aide jamais, sans pour autant laisser une petite place aux autres. Sans oublier la retraitée qui fait tout pour aider et vient surtout pour avoir un peu de compagnie. Et que dire de « la chiante », celle qui sait toujours tout sur tout et ne peut s’empêcher de faire un commentaire à chaque fois que quelqu’un dit quelque chose… Mon coup de cœur ira toutefois – sans doute parce que j’en côtoie au quotidien – à l’enseignante et ses phrases un peu stéréotypées, mais qu’on entend tous les jours. Une enseignante qui aimerait d’ailleurs bien laisser un peu ce rôle à l’école et pouvoir se détendre à la maison… Hilarant !

Une question demeure toutefois : et le spectacle de la gym dans tout cela ? Rassurez-vous, on y assiste bien ! Tiphanie Bovay-Klameth y redouble d’ailleurs d’ingéniosité pour incarner toutes les danseuses et le présentateur. Mais on ne vous en dira pas plus… Le mieux est encore d’assister à ce spectacle, pour profiter d’une dose de joie de vive et pour bien terminer le week-end !

Fabien Imhof

Infos pratiques :

D’autres, de Tiphanie Bovay-Klameth, du 11 au 13 mars 2022 au Théâtre le douze dix-huit.

Conception, écriture et jeu : Tiphanie Bovay-Klameth

Collaboration à la mise en scène : Alain Borek

Collaboration à l’écriture : Alexis Rime

Assistanat à la mise en scène : Adrien Knecht, Marion Chabloz, Alexis Rime

Régie lumières et générale : Guillaume Gex

https://ledouzedixhuit.ch/spectacle/dautres/

Photos : © Nadir Mokdad

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *