Entre hier et aujourd’hui, dans la magie du conte

Pour clore l’année en beauté, le Théâtre des Marionnettes accueille la Cie Frakt’ pour un moment magique : Le Rossignol et l’empereur, fameux conte d’Andersen qui n’a rien perdu de son actualité… À voir jusqu’au 21 décembre, pour petits et grands !

Dans les cuisines du restaurant « Le Rossignol », on s’affaire. C’est que les gens viennent de loin pour la cuisine de la cheffe des lieux ! Mieux encore : la consule a prévu de s’y rendre pour fêter son anniversaire. Il va falloir être à la hauteur ! Mais pendant que Madame (Pascale Güdel) se démène en cuisine pendant que Monsieur (Olivier Périat) s’occupe du service et de la plonge, Meï (Alexandra Gentile), leur fille, ne semble pas très intéressée par ce qui se passe… Et alors que son grand-père (Cédric Simon) doit l’aider avec sa dictée, le voilà qui préfère lui raconter l’histoire du vrai rossignol, celui qui a donné son nom au restaurant. Nous voilà replongé·e·s dans le conte d’Andersen, dont l’histoire est bien connue : un empereur de Chine, qui ne sort jamais de son palais, est jaloux et fâché que des gens traversent tout le pays pour écouter un rossignol chanter. Il décide donc de le retrouver et de l’inviter à demeurer dans son palais, pour profiter de son merveilleux chant… jusqu’à ce que son ami, l’empereur du Japon, ne lui offre un rossignol mécanique, qui remplacera bien vite l’animal. Les conséquences pour l’empire seront dès lors terribles, et c’est bien trop tard, sur son lit de mort, que l’empereur de Chine en prendra conscience…

Créer le lien

Avec cette réécriture signée Elisa Shua Dusapin, le conte d’Andersen prend désormais place dans un univers plus moderne. Du moins le récit-cadre de celui-ci, l’histoire originale (enchâssée à l’intérieur) demeurant bien celle que l’on connaît. De subtils liens sont ainsi tissés tout au long du spectacle entre le temps lointain du conte et la contemporanéité du restaurant. Évoquons ici la scénographie : la cuisine du restaurant se transformera en palais ou en forêt, à l’envi, mais nous y reviendrons. Ce qui nous intéresse d’abord, c’est toute la dimension symbolique des allers et retours entre le conte et la frénésie du restaurant, comme si l’histoire se répétait… D’abord, il y a la cuisine de la mère de Meï, que tout le monde veut absolument découvrir. Ce n’est pas anodin si c’est elle qui prend en charge le rôle du rossignol : c’est aussi pour ses talents que les gens viennent. Quant à Meï – la seule dont on connaît le prénom – elle manipulera la marionnette de Lin, la fille d’aubergiste – tiens, tiens ! – et amie du rossignol, qu’elle vient écouter dès qu’elle en a l’occasion. Le père interprète le rôle du grand conseiller de l’empereur et, comme lui, il aime, que dis-je, il adooooore manger ! On le verra d’ailleurs se goinfrer du gâteau tout abîmé que la mère ne pourra servir à la consule… L’alternative qui sera trouvée – mais gardons ici la surprise – a elle aussi un rapport fortement symbolique avec le conte.

Mais pourquoi le grand-père – qui interprétera l’empereur – raconte-t-il cette histoire à sa petite-fille, me direz-vous ? Le lien est à découvrir en allant voir la pièce. On n’en dévoilera pas plus ici, de peur de perdre tout le sel de ce spectacle… Disons simplement, pour résumer, que la morale de ce conte est encore tout à fait applicable aujourd’hui : apprécions la beauté de la nature et méfions-nous des trésors artificiels. En somme : n’oublions pas l’essentiel.

Retrouver la magie du conte

Lorsqu’on se rend au Théâtre des Marionnettes, impossible de ne pas retomber en enfance. Alors, quand les marionnettes arrivent sur scène, avec toute la créativité qui les accompagne, nos yeux s’écarquillent et se mettent à briller, comme ceux des enfants devenus soudain incroyablement silencieux. Pour bien ancrer le lien entre le restaurant et l’empire de Chine, tout surgit de la cuisine : le lit de l’empereur débarque de la salle qu’on entrevoyait à peine, l’îlot central se déconstruit et s’allonge pour figurer le paysage et l’immense forêt d’où vient le rossignol. Et, comme un symbole, le grand conseiller bondit… d’une marmite ! On est subjugué·e·s par cet univers magique et lointain qui semble sortir de partout, comme s’il avait toujours été là et n’attendait que d’être réveillé par les mots du grand-père. Rapidement, on est impressionné·e·s par la marionnette à taille humaine de l’empereur, comme pour montrer sa toute-puissance face à ses sujets… qui ont de leur côté la taille qu’on attend plus traditionnellement des marionnettes, soit une trentaine de centimètres. Ce jeu sur les échelles est d’ailleurs particulièrement malin : la forêt prend le même espace que le lit de l’empereur, comme pour en montrer sa vastitude. Si on ne l’avait pas rétrécie, jamais on n’aurait pu la figurer. De quoi nous suggérer que l’empire est presque infini, alors que l’empereur ne met jamais le nez dehors, étriqué et cantonné à l’espace de la scène. Et les regrets à la fin de sa vie ne suffiront pas à l’en sortir…

Ce qu’on apprécie particulièrement, ce sont aussi les transitions : en chanson, d’abord, entre la cuisine et l’univers du conte. On se croirait presque dans un Disney. Mais surtout, on apprécie l’envol du rossignol, seule lumière dans le noir, volant et virevoltant au-dessus des premiers rangs, composés d’enfants qui cherchent à l’attraper. La magie est bien présente.

Il y aurait encore tant et plus à dire sur ce joli spectacle… mais le mieux est sans doute d’aller le voir vous-mêmes, non ?

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Le rossignol et l’empereur, d’Elisa Shua Dusapin, d’après le conte d’Andersen, du 3 au 21 décembre 2022 au Théâtre des Marionnettes.

Mise en scène : Pascale Güdel et Olivier Périat

Avec Alexandra Gentile, Pascale Güdel, Olivier Périat et Cédric Simon

https://www.marionnettes.ch/spectacle/266/le-rossignol-et-lempereur

Photos : © Cie Frakt’

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *