Le bizarre : seul avec sa solitude ?

L’émotion était bien présente mardi soir à Saint-Gervais, à l’issue de la première du Bizarre, ce monologue écrit par Fabrice Melquiot pour Roland Vouilloz. L’acteur y incarne avec brio un personnage un peu en marge, qui soliloque dans sa tête, en s’adressant à un public imaginaire. Brillant.

Comme le public, Roland Vouilloz semblait marqué par l’expérience qu’il venait de vivre. Après une heure d’un seul en scène intime et intimiste, c’est l’émotion qui primait. Et à raison ! Car le comédien a interprété ce rôle taillé sur mesure avec une incroyable justesse. Jusqu’à dimanche, il portera ce soliloque adressé à un public imaginaire, dans lequel le personnage fait tout pour ne pas rester seul dans sa tête. Ressassant la mort de sa sœur et son passé de souffre-douleur qu’on a trop souvent insulté, il imagine une rencontre amoureuse avec une femme (ou serait-elle réelle ? On ne sait trop…) et évoque, beaucoup, la mort. Pourtant, à travers ses mots tantôt maladroits, tantôt d’une rare précision, c’est l’humour qui prime, et l’on ressort de ce bijou de spectacle avec un étrange sentiment de légèreté. Comme s’il était parvenu à mettre des mots sur des émotions inexprimables.

Pendu à ses lèvres

Assis dans la salle du sous-sol du Théâtre Saint-Gervais, on n’a qu’une seule envie : rester là à écouter cet homme déverser ses pensées et plus ou moins tout ce qui lui passe par la tête. Sans jamais tomber dans le mélodramatique, il joue les équilibristes, sur le fil de l’émotion tout au long du spectacle. Et même si le public auquel il s’adresse est imaginaire, on est bien là, à réagir, à rire souvent, à faire preuve surtout d’une grande empathie. Et paradoxalement, alors qu’il est question principalement de solitude, on se nourrit l’un l’autre. Lui raconte qui il est au public, qui l’écoute attentivement, l’encourageant à ne pas s’arrêter. Ceci doit beaucoup à la puissance scénique de Roland Vouilloz, à son phrasé si particulier, et toute l’énergie qu’il met dans ce soliloque parfois désabusé. Rien n’est laissé au hasard, et on perçoit un impressionnant souci du détail dans l’intention donnée à chaque parole, qui rend Le Bizarre si juste et si émouvant.

Les mots avant tout

C’est ainsi que nous recevons les mots qui nous arrivent en pleine figure, comme un écho à chacun·e de nous. Mais au fond, en quoi est-il bizarre, ce Bizarre ? Il n’est pas normal, dit-il. Chaque fois qu’il essaie de faire normal, il est bizarre. D’accord mais… c’est quoi, « être normal » ? De ce drôle de personnage se dégage une infinie bienveillance et une sorte de candeur enfantine. D’où sa maladresse parfois. Mais il a aussi un sens de la formule comme on l’a rarement entendu, lui qui vit « dans une maison faite d’encre », effaçable à l’envi, lui qui a « maçonné des mots autour de [ses] tristesses ». Et si Roland Vouilloz semble aussi affecté à la fin du spectacle, c’est que ce texte a été écrit pour lui, et est donc sans doute proche de ses valeurs. Car, en s’entretenant avec lui, c’est avant tout sa gentillesse qui frappe. Et voilà sans doute le plus beau cadeau qu’on puisse faire à un acteur et, corollaire, à son public. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : on reçoit ses mots et émotions.

Et si l’on est, nous aussi, touché·e par ce qu’on vient d’entendre, c’est qu’il fait écho à chacun·e d’entre nous, mettant des mots sur des émotions parfois enfouies. Alors, on en ressort avec l’impression d’avoir pris un shooter d’émotion et de bonheur. Et bien qu’il soit question de solitude, c’est un moment de partage que nous venons de vivre. Alors, prêt·e pour ce fabuleux voyage dans l’émotion ?

Fabien Imhof

Le bizarre, de Fabrice Melquiot, du 11 au 16 janvier 2022 au Théâtre Saint-Gervais.

Mise en scène : Jean-Yves Ruf

Avec Roland Vouilloz.

https://saintgervais.ch/spectacle/le-bizarre

Photos : © Isabelle Meister

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code