Quand nos petites histoires croisent la grande – partie 2

La Cie Cyparis Circus présentera la nouvelle création de Stéphane Michaud, Point radiant, dès le 28 octobre au Théâtricul. Huit personnages se retrouvent, sans forcément se connaître, dans un bistrot, le soir du 28 juin 2021, et la victoire historique de la Suisse face à la France à l’Euro. Après la première partie de ce matin, voici la suite de l’interview…

La Pépinière : Dans le dossier de presse, il est question d’une réécriture constante de la pièce, de travail sur le plateau. Comment cela se passe concrètement ?

Elisabeth Ossola : Oui, c’est un travail qui évolue, une construction collective. On a une certaine liberté et on s’imagine toutes et tous le parcours des personnages avant de se retrouver dans ce bistrot. Au fur et à mesure, on ajoute du texte, on modifie des choses en fonction de nos ressentis… Et puis il faut évoquer les flash-backs aussi, qui vont éclairer différemment les trajectoires de chacun et chacune. Petit à petit, on s’approprie notre personnage, mais aussi le projet dans son ensemble. Ce spectacle est comme un kaléidoscope : on ne voit pas tout de suite ce qui se relie, c’est une forme de découverte à chaque instant. Et au final le puzzle se met en place, enfin on espère que cela sera le cas…

Séverine Mutter : L’enjeu, c’est de relier le parcours individuel de chacun et chacune au moment collectif dans ce bistrot. On cherche donc comment regrouper tout cela en faisant évoluer le texte, en questionnant les temporalités, les trajectoires individuelles qui se croisent au moment du match.

Pierre Nicole : Pour moi, il y a un côté très série télé. On doit donc trouver des équivalences théâtrales et poétiques aux techniques employées dans ce cadre. Les flashbacks permettent de situer les personnages, d’en amener d’autres qui ne sont pas au bistrot. Donc il faut faire comprendre au public ces changements, ce qui réclame une certaine technicité et originalité dans la mise en scène.

La Pépinière : C’est donc un véritable travail collectif ! Et sur scène, comment cela va se passer concrètement ? J’ai lu qu’il y aurait ce café, les flashbacks, de la musique, une ambiance sonore et lumineuse…

Stéphane Michaud : Notre Cie Cyparis Circus travaille régulièrement, et c’est le cas ici, avec Michel Faure, cofondateur et mythique créateur lumière à la Parfumerie notamment, et Graham Broomfield, génial créateur son. Les habillages sonores et les lumières seront décisifs dans ce spectacle, de vrais personnages.

Elisabeth Ossola : On avait d’abord une idée d’un décor réaliste, mais on s’est dit que ce serait trop complexe. Le fond est déjà très dense, et si on doit changer le décor à chaque flashback, ça devient compliqué… La lumière aura donc un rôle super important à jouer pour soutenir le propos. On est un peu comme dans un film, mais en huis clos, avec des scènes très courtes qui s’enchaînent.

La Pépinière : En lisant les biographies et le dossier de presse, on a l’impression de faire face à une grande famille. En vous rencontrant, on perçoit cette complicité. Comment l’avez-vous vécue durant cette période de travail ?

Stéphane Michaud : Avec certain·e·s comédien·ne·s, on se connaît depuis plus de trente ans : les trois petits jeunes de la troupe n’étaient même pas encore nés… Il y a un côté vraiment famille et copains, comme avec Michel et Graham avec lesquels nous avons un long compagnonnage amical. Finalement, ce spectacle est plus un prétexte pour être entre amis que de laisser penser qu’on aurait un truc fondamental à dire… Et on avait envie d’ouvrir ce qu’on vit au niveau amical à la génération suivante, dans une volonté de partager sans passer pour des vieux cons. Le théâtre amène cette amitié, et on se fait du bien. Finalement, le résultat artistique passe après le processus de création et la qualité de ce que nous vivons relationnellement. Enfin, je ne sais pas ce qu’en pense la jeune génération…

Elsa Anzules : Oui je suis d’accord. Je me retrouve dans ce que tu dis, avec une ambiance remplie de bons moments. On a trouvé notre place facilement, même si parfois il y a un peu un humour de vieux (rires). Mais c’est super agréable de se retrouver comme ça, et on espère que nous aussi, un jour, on pourra transmettre ça à la génération d’après !

La Pépinière : Un immense merci à toute l’équipe pour votre accueil et votre bonne humeur ! On se réjouit de découvrir ce que ça donnera sur scène !

Propos recueillis par Fabien Imhof

Infos pratiques :

Point radiant, de Stéphane Michaud, du 28 octobre au 13 novembre 2022 au Théâtricul.

Mise en scène : Stéphane Michaud

Avec Roseline Bals, Pierre Nicole, Séverine Mutter, Pierre Hauser, Elisabeth Ossola, Alexandre Buhler, Dorian Giauque et Elsa Anzules.

https://theatricul.net/12732-2/

Photos : © Cie Cyparis Circus

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *