Rejoindre le grand Nord en poésie

Le Nord attire. Entre beauté et danger, il est le lieu où tous les imaginaires sont possibles. Dans Nord, la Cie_avec et le quatuor à cordes de l’Ensemble Contrechamps narrent l’histoire d’une femme qui marche vers le Nord. Une histoire qui se crée au gré de ses rencontres, à voir au Grütli jusqu’au 20 février.

En entrant dans la salle du sous-sol, nous voici accueilli·e·s par un écran sur lequel un paysage urbain se dresse, sans doute la ville d’Helsinki. La scène est en léger dévers et sur son devant trône un micro sur pied. Deux silhouettes encapuchonnées se tiennent là, accompagnées d’une musique lancinante. Puis le spectacle commence, avec un premier air de violon joué sous nos yeux. Lara Khattabi est la première à prendre la parole, jouant une experte en géothermie qui a rencontré une femme lors d’une conférence. La musique, le texte et les images s’enchaînent et se répondent lentement, avec une grande douceur. Les comédien·ne·s se relaient pour raconter, à travers les récits de différents personnages, le voyage de cette femme vers le Nord.

Entre beauté et danger

Le Grand Nord est un fantasme pour beaucoup. Les images diffusées à l’écran illustrent la beauté inénarrable de ses paysages : neige, falaises à pic, arbres, maisons isolées… Mais attention, car ce même Nord recèle aussi de nombreux dangers. On aperçoit des ours, le froid, la nuit qui dure, la fin des terres habitables. Les récits des différents personnages oscillent également entre les deux, toujours centrés autour de la femme. On s’inquiète pour elle : est-elle assez équipée ? N’aura-t-elle pas trop froid ? Et pourtant, chacun·e raconte son amour pour son pays, près de Rovaniemi – la ville du Père Noël dans la Laponie finlandaise – ou de la frontière russe. Il en va ainsi de ce chauffeur de bus toujours aux aguets sur ces grandes routes qui s’étendent à perte de vue, mais qui aime tant rouler. Que dire de cette femme qui fait les allers-retours entre le Nord et une ville plus au Sud pour travailler ? Ou de cette autre qui apprécie le calme de son voisinage ? Parce que c’est cela, aussi qu’on aime, dans cette région.

La musique du quatuor, comme celle diffusée par les haut-parleurs par moments, vient elle aussi ajouter à cette ambiguïté. Parfois douce, parfois angoissante, elle jongle entre les sonorités dissonantes, les grincements et les longs fleuves tranquilles des notes qui durent. Notre vue et notre ouïe sont alors en éveil, et on croit même ressentir le froid, comme en immersion.

Un spectacle sur la contemplation

Nord est aussi marqué par les silences : entre chaque monologue, une longue pause, parfois en musique, parfois sans. Les mots et les airs sont ainsi rarement liés. On prend alors le temps d’écouter, de contempler, d’imaginer le parcours de cette femme qui demeure mystérieuse. On ne sait ni son nom, ni ses motivations, simplement qu’elle veut aller vers le nord, sans limite. Et l’on ne peut s’empêcher de penser à toutes les légendes nordiques, aux dieux et aux déesses, mais aussi aux trolls et autres créatures… Cette femme a en elle quelque chose de magique. Elle aura en tout cas marqué toutes celles et ceux qu’elle rencontre au fil de son chemin.

Nord s’apparente ainsi à un appel au calme et à l’apaisement, tout en jouant sur l’angoisse, la peur du danger marqué surtout par la musique. Le dernier solo de violoncelle de Martina Brodbeck dure et dure, avant que tout ne s’éteigne, comme un dernier retour au calme. Ce nord nous éloigne alors de notre quotidien où tout va vite, où on est toujours stressé. Une invitation à ne plus courir après le temps qui fait du bien…

Fabien Imhof

Référence :

Nord, de Cosima Weiter et Alexandre Simon, du 7 au 20 février 2022 au Grütli – Centre de production et de diffusion des Arts vivants.

Mise en scène : Cosima Weiter et Alexandre Simon

Avec Lara Khattabi, Pierre Moure et Coline Bardin (jeu), & l’Ensemble Contrechamps : Maximiliam Haft (violon), Hans Egidi (alto), Raya Raytcheva (violon) et Martina Brodbeck (violoncelle)

https://grutli.ch/spectacle/nord/

Photo : © Dorothée Thébert Filliger

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code