Un bel anniversaire pour le TMG

Vendredi 7 juin dernier, le Théâtre des Marionnettes de Genève présentait sa saison anniversaire. À l’âge de 90 ans, le TMG témoigne d’une forme sans pareille, et le programme qui s’annonce le prouve !

Après une saison composée de 12 spectacles, plus un Cabaret en chantier, un total de 238 représentations, pour une jauge de remplissage d’environ 90%, les chiffres parlent en faveur du TMG !  On connaissait bien les spectacles adressés aux enfants mais l’offre s’est de plus en plus diversifiée au fil des ans, puisque les pièces parlent aussi aux adolescents et aux adultes. En 2019-2020, la directrice Isabelle Matter lève le garde-fou et nous promet davantage, à l’occasion des 90 ans du théâtre. Suivrez-vous la cadence ?  13 spectacles sont programmés, en plus d’un Cabaret de clôture, avec des formes aussi bien traditionnelles que  contemporaines. 284 représentations sont prévues, comprenant des projets spéciaux, comme une inauguration, un mini-festival en ouverture de saison, une exposition virtuelle sur l’histoire du TMG ou encore ce cabaret. Ajoutez à cela des partenariats forts avec d’autres théâtres et institutions culturelles, et vous obtenez une saison qui marquera l’ancrage dans la Cité et dans le réseau des marionnettes européennes !

Dans l’idée de la commémoration du TMG, la question s’est posée de savoir comment valoriser à la fois le passé et le futur. En d’autres termes, comment aborder les notions d’héritage, de mémoire et transmission ? Cela se fera non seulement dans le contenu des spectacles, mais aussi dans la façon de créer et d’explorer les archives, notamment en collaboration avec la HEAD.

La saison

Trois pièces seront jouées en parallèle pour ouvrir la saison. La Compagnie Pelele proposera en alternance La mort de Don Cristobal et Les funestes épousailles de Don Cristobal, deux histoires autour de ce personnage rappelant Polichinelle de façon quelque peu cartoonesque. Le premier spectacle s’adressera aux tout petits, alors que le second s’apparente à une version plus adulte, dès 12 ans. Dans le même temps, et trois fois par jour, Choses que l’on oublie facilement sera programmé dans le petit atelier, pour seulement cinq spectateurs à chaque fois. Un spectacle hanté par le nombre 1942 et les petits enjeux personnels au milieu de la grande Histoire du monde…

Dès le 30 octobre, avec Aouuuu !, le public sera invité à dépasser le Röstigraben, avec une co-production entre le TMG et le Theater Stadelhofen de Zürich, autour de la question « Que faire quand on a peur ? ». Dans cette adaptation infidèle de Ich bin ein Wolf, sagt Hase, ce sont deux cultures qui s’entrechoquent afin de créer un langage nouveau par les marionnettes.

Voyage en Indonésie ensuite, du 20 au 24 novembre, avec Le Mahâbhârata, la plus longue épopée connue co-accueillie au Théâtre du Loup. Ce spectacle en marionnettes d’ombres indonésiennes invitera le public à découvrir une tradition inconnue dans nos contrées. En parlant d’inconnu et pour terminer l’année, Steven Matthews nous emmènera dans la première création 100% TMG, lui qui a tout appris grâce au basket plus qu’à l’école. Le spectacle s’appelle Tu comprendras quand tu seras grand et met en scène Isidort arrivant dans une nouvelle école, un nouvel environnement, dans lequel il faudra bien s’intégrer…

Au mois de janvier, l’exploration du monde de l’enfance et de son imaginaire continuera, avec Bon débarras !, un spectacle qui emmènera le public au cœur de 9 histoires d’enfants. L’absurde sera ensuite à l’honneur, avec Nom d’une pipe ! En êtes-vous sciure ? de la Compagnie les Philosophes barbares, inspirés entre autres par l’univers surréaliste de René Magritte.

Un grand classique sera de retour au mois de février, complètement revisité par Claude-Inga Barbey, qui présentera Les petits cochons 3, le retour, dans un univers de ballons, menacé par un loup-clou, le tout en chansons pour un final qui s’avèrera explosif !

Ce spectacle sera suivi par La Smala, de Karim Slama, qui avait déjà monté le spectacle Titeuf. Il y sera question d’une famille recomposée de lampes, autour de la question du « vivre ensemble ». On restera ensuite dans la thématique de la famille, avec Frères, à la fin du mois de mars, un spectacle léger et ingénieux autour de la thématique pourtant dramatique de l’Espagne franquiste et de ceux qui ont été contraints de la fuir…

La deuxième création 100% TMG aura pour but de parler du grenier dans lequel sont entreposés les personnages de toutes les précédentes saisons du théâtre. Boulevard du Minuscule est un spectacle révolutionnaire, dans lequel deux marionnettes tentent de se faire une place dans l’industrie du cinéma. Un spectacle nostalgique, à la fois ancré dans la tradition et tourné vers l’avenir, qui ravira – à n’en pas douter – petits et grands !

Les Parades nuptiales en Turakie viendront chatouiller la fin de la saison, pour une pièce à la fois poétique et loufoque, où il sera question d’amour… avant le Cabaret de clôture, qui sera présenté à l’Institut Jacques-Dalcroze, les 5 et 6 juin 2020.

En parallèle de tout cela, des vitrines retraçant l’histoire du TMG seront présentées dans divers lieux de la Cité, une fois par mois dès octobre, afin de montrer à quel point le théâtre est ancré dans la Cité.

Films, expositions interactives, spectacles, la saison 2019-2020 du TMG s’annonce riche et pleine de promesses. Il y en aura pour tous les goûts. Le mieux est encore de se rendre sur le site du théâtre, entièrement remodelé pour l’occasion et d’y découvrir toutes les nouveautés, notamment les modules interactifs… Bonne saison !

Fabien Imhof

https://www.marionnettes.ch/

Photos :

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code