Un monologue comme un cri du cœur

Dans le cadre de La Bâtie – Festival de Genève et ce jusqu’au 7 septembre prochain, Lola Giouse interprète Perdre son sac, un monologue écrit par Pascal Rambert et mis en scène par Denis Maillefer, à la Comédie de Genève. Un texte puissant où il est question d’absence et de vides.

Sous-titré « Crier dans la pluie l’absence et les vides », Perdre son sac est un texte écrit sur mesure pour la jeune comédienne. Pascal Rambert compose toujours ses textes en fonction de ceux qui vont les porter, ainsi que le précise le metteur en scène dans la mise en bouche proposée avant le spectacle. Depuis sa magnifique Clôture de l’amour, l’auteur ne déroge pas à sa règle et propose ici un texte taillé pour Lola Giouse. Pendant un peu plus d’une heure, elle interprète une laveuse de vitre qui s’adresse aux passants pour crier son mal-être, de la perte de son sac à celle de son amoureuse, de son manque de place dans la société à sa relation difficile avec son père. Comme un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui, qui sort des études sans pouvoir affronter véritablement le monde, son monologue résonne comme un cri du cœur.

Une scénographie de l’enfermement

Sur la scène, Lola Giouse s’exprime derrière des vitres, comme emprisonnée dans une cage de laquelle elle ne peut pas sortir. Sa voix résonne, portant avec toute la puissance qu’il mérite le texte de Pascal Rambert. Le choix de Denis Maillefer est loin d’être anodin. Son état physique d’enfermement semble refléter son état intérieur. Elle qui est titulaire d’un bac +5 ne trouve pas sa place dans la société, condamnée, momentanément, à laver des vitres pour gagner sa vie. Faisant partie des « gens qui ne sont rien », en opposition à « ceux qui réussissent », elle répète inlassablement qu’elle est « fatiguée », qu’elle « n’y arrivera pas ». Mais arriver à quoi au juste ? Toute la question est là. Dans sa détresse, elle raconte comment elle a perdu Sandrine, son amoureuse, alors qu’elle était prête à tout pour elle, des travaux les plus ingrats afin de faire rentrer l’argent plus rapidement, aux pires pratiques sexuelles. Par amour, elle aurait enduré toutes les souffrances.

À qui s’adresser ?

Subissant les remarques des autres étudiantes en droit, elle s’est toujours montrée digne. Alors, elle profite de l’occasion, lassée qu’elle est d’avoir à subir tout cela, pour vider son sac. La question des adresses reste centrale. À qui parle-t-elle ? Comment ? Sur quel ton ? Entre colère, tristesse et désarroi, elle crie tout ce qu’elle a sur le cœur, à qui veut bien l’entendre : les passants qu’elle aperçoit, son père qui ne comprend pas situation, le patron de Sandrine qui ne la respecte pas, et toute une multitude de personnages de son passé, de sa vie, qui ont contribué à façonner celle qu’elle est aujourd’hui. La perte de son sac, anodine au premier abord, lui permet paradoxalement de le vider, de sortir tout ce qu’elle contenait depuis si longtemps.

Soulagement ou désarroi encore plus grand, nul ne sait ce qu’elle ressent vraiment après cela. Mais l’intérêt est ailleurs. Donnant vie à la langue si particulière de Pascal Rambert, entre familiarités et tradition de la grande littérature française, elle incarne à la perfection tout le paradoxe et le déchirement qu’on peut vivre, dans une performance d’actrice qui restera gravée longtemps dans ma mémoire. Entre force et fragilité, Lola Giouse parvient à rendre toute sa complexité et sa profondeur au texte de l’auteur, portée par une mise en scène millimétrée de Denis Maillefer, grâce à une justesse et une sincérité rare. Les mots claquent et résonnent, comme un cri du cœur.

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Perdre son sac de Pascal Rambart, à la Comédie de Genève, en partenariat avec La Bâtie – Festival de Genève, du 30 août au 7 septembre 2019.

Mise en scène : Denis Maillefer

Avec Lola Giouse

https://www.comedie.ch/fr/programme/spectacles/perdre-son-sac

Photos : © Magali Dougados

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

4 réflexions sur “Un monologue comme un cri du cœur

Répondre à Jean Muller Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *