Un spectacle de rue apprivoisé

Une production enchanteresse où l’inattendu domine – Willy Wolf par le collectif La Contrebande, un spectacle à voir au Théâtre Am Stram Gram jusqu’au 23 janvier 2022

Il est des spectacles comme des amours, le dernier coup de cœur ou le plus récent est déclaré être le plus beau. Le propos, bien que limité dans le temps, est souvent sincère.

Dans le spectacle Willy Wolf, la métaphore fonctionne à plein et tellement, que les amoureux de la scène à la sortie du spectacle en ont plein la bouche de ce qu’ils viennent de ressentir, de découvrir. Ainsi, encore à l’intérieur même du théâtre, les gens du public parlent, échangent, déballent leurs émotions, leurs vérités à son propos.

Et passé les portes du théâtre, les discussions, les critiques continuent sur le trottoir entre parents et enfants. Parfois pas toujours en faveur de ce qu’ils ont vu et c’est aussi en cela que ce spectacle est réussi.

Willy Wolf, c’est un spectacle de rue apprivoisé. Tout juste d’ailleurs, comme les six comédiens agiles et fébriles, fous et attachants qui portent cette création basée sur un fait réel : Willy Wolf, un risque tout pris dans l’engrenage du toujours plus va repousser les limites du danger de ses cascades en proclamant fièrement pour attirer les badauds : venez voir un homme qui va mourir ! Pour cela, les spectateurs n’ont jamais manqué un moment délicieux de terreur. En 1925, depuis le haut du pont transbordeur de Nantes, Willy Wolf a trouvé la mort et les quidams venu voir de quoi meubler leurs souvenirs.

Partant de cette funeste aventure, la troupe se propose de mettre en évidence « l’étroite frontière entre exploit et l’absurdité de se mettre en danger ». Imaginées tel un grand jeu, avec arbitre de chaise, les compétitions vont s’enchaîner, toujours surprenantes, basées et c’est là la grande force de ce spectacle sur la règle de la fausse piste, sans jamais passer de l’autre côté du cheval !

Ainsi le public vit, rit, retient son souffle, admire. Les comédiens ont gardé de leur expérience du théâtre de rue, la capacité à développer leurs jeux sur l’entier de l’espace et ceci sur les trois axes. Plongeoir des six mètres, jeux de fléchettes – magnifique idée – à l’image du pot de fleurs fatal, du jokari façon peloton d’exécution, d’une moto aérienne et d’une planche coréenne (planche à bascule)… comestible ! Encore une fois, ici rien ne présage de la suite des choses, la surprise est la règle et la règle au spectacle est de surprendre : ils vont au-delà, ils le déclarent et tiennent leur promesse avec fougue : leur cirque est maximaliste.

Héritière de la Fura dels Baus – cette troupe de spectacle catalane qui mêlait Mozart à la science-fiction – La Contrebande maintient le renouveau de la scène en mêlant In the Ghetto d’Elvis Presley au danger imminent et forcément létal. Ainsi, tels les spectateurs de la chute de Willy Wolf, on se réjouit, on frissonne, la « presque mort » est délicieuse. La venue de la Camarde à distance, nous pousserai presque à lui dresser son couvert. Le spectacle est intense et les mômes, souvent si prestes à donner leur avis de vive voix, à lancer des interjections sans filtre, restent dans une retenue qui prouve qu’ils sont captivés par ce qu’ils voient. Les adultes en font de même face à cette production parfaitement équilibrée en sensation. Le tableau final est somptueux. Jouant de la verticalité ainsi que de l’agilité, les comédiens usent de la planche coréenne jusqu’à en oublier un personnage dans les cintres. Une fois de plus, il y a un parfait équilibre entre technique, esthétique, surprise et drôlerie.

Ce magnifique spectacle est une très belle trouvaille, dénichée par Joan Mompart le directeur d’Am Stram Gram. À vous d’en faire comme lui, votre dernier coup de cœur.

Jacques Sallin

Infos pratiques :

Willy Wolf – par La Contebande au Théâtre Am Stram Gram du 21 au 23 janvier 2022.

Mise en scène : La Contrebande

Avec Jacob Auzanneau, Florian Bessin, Simon Cheype, Antoine Cousty, Hugo Moriceau, Lluna Pi

Photos : © Olivier Bonnet

Jacques Sallin

Metteur en scène, directeur de théâtre et dramaturge – Acteur de la vie culturelle genevoise depuis quarante ans – Tombé dans l'univers du théâtre comme en alcoolisme… petit à petit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code