Au TMG, on n’a pas peur du loup !

Qu’on se le dise : le Théâtre des Marionnettes de Genève (en co-production avec le Theater Stadelhofen Zürich et Play back Produktionen) n’a pas peur du grand méchant loup, ah ça non ! Jusqu’au 17 novembre, la Cie Chamar bell clochette vous confronte à vos peurs d’enfant avec Aouuuu ! Ludique, touchant et redoutablement poétique.

Aouuuu !, c’est avant tout une histoire d’enfants – une histoire pour les enfants. Une histoire devant laquelle, adulte, on redevient un enfant. Comme ça, comme par magie. Aouuuu !, c’est une histoire qui, comme toutes les histoires, commence par « il était une fois ».

De l’art de bricoler

Il était une fois, donc, un lapin qui ne voulait pas aller au lit… et deux marionnettistes, Chine et Marius, qui entreprennent de lui raconter un conte. Porté par la magie du récit, le lapin pénètre dans une mystérieuse forêt. Que c’est beau, que c’est beau ! Les feuilles des arbres prennent vie, projetées sur un drap tendu grâce à un vieux rétroprojecteur. Il y a un côté « bricoleur du dimanche » dans le joyeux bric-à-brac étalé sur scène : les caisses à outils deviennent des terriers où se cacher, les porte-habits des troncs, la table de l’atelier se recouvre de feuilles mortes. Tout à son plaisir de gambader dans ce bois créé par la magie de l’imagination, le lapin ne prend pas garde… à la lumière qui descend… lentement… et… AU LOUP QUI SURGIT !

Le lapin tremble de peur : lui n’est pas courageux comme ses amis, la Chouette (véritable ninja qui ponctue ses prises par des Houuhouuuu enthousiastes) et la Taupe (tireuse d’élite qui vise comme personne). Loup, loup… répète-t-il en tremblant. Chine et Marius arrêtent le jeu, essaient de le rassurer : ce n’est qu’une histoire, il n’y a pas de raison d’avoir peur. On peut en raconter une autre, si tu veux. Non, non ! Le lapin ne veut plus avoir peur du loup. Mais comment faire ? Ni une, ni deux, le voilà qui sort marteau, perceuse et autres paires de ciseaux. Pour vaincre sa peur, quel meilleur moyen que de devenir cette peur ?

De l’art de grandir

Pour moi, la grande force de Ahouuu ! est le rapport immédiat que le spectacle entretient avec une des forces primordiales de l’enfance : l’imagination. Dans l’atelier de Chine et de Marius, une forêt se construit peu à peu et les marionnettes deviennent aussi vivantes, aussi expressives que les humains qui interagissent avec elles. Héros de l’histoire, le lapin agite ses oreilles d’un air interrogatif, se fend de soubresauts comiques, se cache la tête entre ses pattes : c’est un enfant confronté à sa plus grande peur (le Loup), qui cherche le réconfort auprès de ses parents-marionnettistes. Quelques mots à peine lui suffisent pour engager avec eux un dialogue constitué essentiellement d’onomatopées et de rires, de soupirs et d’exclamations – babillage dont les phrases sont absentes, mais dont le sens est universel. Chacun, dans la salle, comprend ce lapin sans qu’il ait besoin de parler. Car ce qu’il dit, c’est un sentiment que nous avons tous déjà vécu.

Inspiré de l’album jeunesse Ich bin ein Wolf, sagt Hase de Jadwiga Kowalska, Aouuuu ! pose des questions essentielles : de quoi avons-nous peur et pourquoi ? à quoi sert l’imagination ? comment affronter le monde – et soi-même ? Et surtout, comment grandir ? Sans lourdeur, sans grandes théories, la mise en scène d’Anna Papst fait le pari de la douceur et de la légèreté, des petits détails touchants qu’on attrape du coin de l’œil – le câlin du lapin à Chine, l’air inquiet de Marius face au loup… À voir absolument, qu’on soit enfant ou adulte, qu’on ait vaincu sa peur du loup ou pas. Qu’on aime les histoires, tout simplement.

Magali Bossi

Infos pratiques :

Aouuuu !, d’après Ich bin ein Wolf, sagt Hase de Jadwiga Kowalska, du 30 octobre au 17 novembre au Théâtre des Marionnettes de Genève.

Mise en scène : Anna Papst

Avec Chine Curchod, Marius Kob, sans oublier Lapin, Chouette, Taupe… et le Loup

https://www.marionnettes.ch/spectacle/229/aouuuu

Photo : ©Sepp Devrices

Magali Bossi

Magali Bossi est née à la fin du millénaire passé - ce qui fait déjà un bout de temps. Elle aime le thé aux épices et les orages, déteste les endives et a une passion pour les petits bols japonais. Elle partage son temps entre une thèse de doctorat, un accordéon, un livre et beaucoup, beaucoup d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code