L’absurde monde de demain

Aujourd’hui, nous vous proposons une pièce de théâtre en une seule scène, signée par une plume en herbe : celle de Siméon. Élève au sein du CO du Vuillonnex, Siméon a participé l’an passé à un concours d’écriture mis en place par Jonathan Tholoniat, dans le cadre d’un atelier. À savourer sans modération… surtout si vous aimez l’absurde façon Beckett !

* * *

L’absurde monde de demain

Dans un salon aux murs fauves, monsieur et madame Fauve se font face dans des fauteuils en poils de fauve. La pendule ronronne tel un fauve depuis que Fauve, le chat fauve du couple Fauve, a donné un coup de griffe de fauve dans la pendule fauve des Fauves. Comme ça sentait le fauve, Monsieur Fauve a ouvert la fenêtre…
Mme Fauve J’ai un rêve…
M. Fauve Ce lundi ?
Mme. Fauve Évidemment, puisqu’hier c’était mercredi ! Un temps. Je ne veux pas dire, mais j’en pense pas moins…
M. Fauve À qui le dites-vous ? C’est à se demander où va le monde !
Mme. Fauve Pas étonnant que je fasse un cauchemar malgré mon savon à l’aloé verra. Sans compter qu’on était mardi !
M. Fauve C’est de leur faute, aux politiciens. Ils veulent toujours gagner de l’argent, ce qui fait proliférer les cauchemars.
Mme Fauve C’est à cause du shampoing ! J’ai toujours fait attention à acheter du shampoing bio aux enfants. Mais pour les politiciens…
M. Fauve Les enfants, eux, seront différents. Ne pas vouloir gagner d’argent peut rapporter de l’or !
Mme. Fauve Le temps, c’est de l’argent. Ne pas vouloir gagner d’argent, c’est ne pas vouloir gagner de temps. Et tout le monde sait que l’on meure avec le temps. C’est tout bénéfique !
M. Fauve Alors que la politique c’est pour les fous, les suicidaires !
Mme. Fauve C’est pour ça que le lundi, il n’y aura jamais de beaux rêves.
M. Fauve En Castille, c’est différent ! Tout le monde fait de beaux rêves le lundi, quel que soit le shampoing.
Mme. Fauve C’est grâce au savon à l’aloé verra ! Si l’on veut sauver le monde de demain, il faut contacter le ministre de l’agriculture.
M. Fauve Mais lui, il ne se shampooine pas bien, et c’est là qu’est le cercle vicieux !
Mme Fauve On ne peut pas non plus contacter la police pour interdire les shampooings de mauvaise qualité car ils ont tous les cauchemars de Castille dans leurs caves. Ainsi, cela force le ministre à manger des betteraves, et ça ne lui donne pas l’argent de l’agriculture biologique.
M. Fauve Rien de plus normal. Le seul espoir, c’est nos enfants.
Mme. Fauve Eux, ils interdiront les ventes de shampoing indécent et favoriseront les liens avec la Castille. Ils feront tout recouvrir d’aloé verra. Ils empêcheront les cauchemars de prospérer.
M. Fauve Et ils interdiront les betteraves et la politique
Mme. Fauve Bien sûr ! Où avais-je la tête ? Un temps. Ce sera la porte ouverte à tout beau rêve les samedis, enfin !
M. Fauve Vivement ce temps. Un temps
Mme. Fauve Ah, les betteraves ! Les bêtes raves devrait-on dire !
M. Fauve Oh que oui ! Bon, ce n’est pas mauvais mais, si seulement c’était différent…
Mme. Fauve C’est ça le problème. Les betteraves c’est comme les films en streaming.
M. Fauve Elles ravagent la Castille.
Mme. Fauve C’est le seul défaut de Castille, les streamings. Un temps.
M. Fauve Je suis saisi ! Il se lève, plein à craquer de fureur.
Monsieur et madame Fauve s’adressent, révoltés, au public. À la seule personne qui peut comprendre ce qu’il leur arrive, à ceux qui retrouvent les éléments de la discussion précédente dans leur quotidien, à ce public pouvant agir. Celui qui est assis aussi…, aussi assis dans un monde de shampoings non bio.

Durant le dialogue suivant, la lumière va progressivement descendre. Elle descend, descend, jusqu’au noir le plus complet.

Mme. Fauve On n’en peut plus ! Il faut faire quelque chose !
M. Fauve Il faut que vous fassiez ! C’est vous qui avez le pouvoir !
Mme. Fauve Nous, on ne peut plus rien faire, à part acheter du shampoing bio.
M. Fauve C’est à vous d’interdire les streamings !
Mme. Fauve À vous d’empêcher les cauchemars d’empoisonner nos dimanches.
M. Fauve C’est votre pouvoir. Uniquement le vôtre.
Mme. Fauve C’est vous les cavaliers de Castille armés d’aloé verra.
M. Fauve Vous êtes pionniers du monde futur.
Mme. Fauve C’est à vous qu’appartient le monde de demain.
M. Fauve Tant pis si il est absurde.
Les deux,

en choeur

Il est à vous.
Noir total
RIDEAU

 

Siméon

Photo : © Nachrichten_muc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *