L’écriture qui pousse #4 : Abécédaire du cadeau parfait

Bienvenue dans L’écriture qui pousse ! Aujourd’hui, vous allez découvrir un des textes produits dans le cadre de nos défis littéraires. Le défi du mois de décembre 2020 portait le titre suivant : « Abécédaire du cadeau parfait ». L’idée ? Créer une liste PARFAITE pour le Père Noël… au gré de ses envies et de ses besoins.

Dans ce texte, Laure-Elie Hoegen vous fait découvrir sa liste, entre réalité et poésie.

* * *

Amoureuse.x de temps à autre : pour le sentiment ailé que cela procure, mais cela serait aucune autre conséquence de ressentir cet état durant quelques heures.

Béton ciré : la légende dit qu’il permettrait de faire une couche de finition à épater les galeries alpines.

Catatonie : que je laisserai bien adroitement enfermée dans son paquet afin que personne n’en soit jamais victime.

Demander sans aucune gêne : cette faculté – utilisée à bon escient – débloquerait un nombre de situations incalculabres.

En train/entrain : accroché ou non, c’est un cadeau que je partage volontiers à la différence d’autres. On pourrait l’obtenir sous formes de bons.

Film inoubliable à plusieurs : On n’ose peu les regarder, mais ils marquent, une bière mousseuse ou un thé fumant à la main, vautrés sur le canap.

Grenoble à 1h en vol d’oiseau et de vélo : j’ai des super amis là-bas, mais nous sommes bien obligés de planifier nos visites – trop dur.

Haute Montagne bien accompagnée : la recherche d’un.e bon.ne guide tend à repousser l’ascension des 4000 et je perds patience.

Île en canapés : Fi du sable blanc qui colle aux pieds. J’aimerais me prélasser sous la douce lumière jaune d’une lampe avec copines et copains en mettant les pieds dans une bassine chaude de temps à autre pour ce sentiment indescriptible de mollesse de la voute plantaire.  

Jour sans fin plusieurs fois dans l’année : Offert sous forme de cartes, à faire valoir entre amis pour vivre sans crainte du lendemain (fatigue, gueule de bois, responsabilité, travail…)

Krautkrapfen végétariens : Cette recette, du Sud de l’Allemagne, a un délicieux goût de choucroute, qu’il faudrait améliorer encore pour obtenir une version végétarienne satisfaisante. J’attends vos propositions.

Lambris banni : Ce serait le droit d’ôter tout lambris des chalets sans plus d’explications.

Monte-charge de petite taille : Pourquoi investir dans des habits et non dans un monte-charge qui soulage tout autant l’existence dès que l’on déménage ?

Non-peur du Non : Une autre faculté qui, couplée à celle de la demande, rend l’âme légère.

Orga…nisation sans troubles : Finalement, je n’ai pas osé inscrire ma première idée et opte pour une énième faculté hautement nécessaire à Noël pour ne pas se prendre le chou à préparer 5 tartes. Je l’offrirai alors aux maîtres & maîtresses de maison.

Paris avec Hanna : Ce serait presque un remake de Paris, Texas mais avec une amie aux cheveux courts qui n’a pas disparu des radars et avec nous profiterions d’une errance, d’une flânerie dans la ville.

Queue d’écureuil (artificiel) : Pour se chatouiller sous le genou ou derrière les oreilles quand on a le moral dans les chaussettes.

Routes de montagne de Suisse en un week-end : Pour le bonheur de se sentir Colin Mc Rae, accompagnée de copilotes hors-pair.

Sirop d’orgeat mais pas ultra-sucré : J’en raffole, je ne sais pas vous ? Avec des glaçons, quelques feuilles de menthe et de l’eau pétillante sur une terrasse.

Tact : sous formes de workshop. Paraît que j’en manque cruellement et Noël me semble une période adéquate pour m’entraîner. Il est toujours bon de savoir l’effet que l’on fait sur les autres…

Unification des attentes : Encore une faculté … permettant d’exprimer l’ensemble de ses attentes, de les comparer à celles des autres et les laisser partir pour appréhender la vie à l’instar de l’arbre qui frissonne au premier coup de vent et au contraire de la caverne qui englobe tout et qui fait peur.

Voiture qui ne coûte pas 1000CHF au premier service : Il doit bien en exister…

Woischt’ ? dit sans accent : Ici, je compte sur mon cher et tendre pour m’enseigner le haut-valaisan sans heurts francophones. C’est difficile.

X compliments par jour : Un cadeau pour les mots doux que l’on ne dit jamais assez et qui rendent l’existence encore plus digne, humaine.

Yakari au cinéma : JE L’AI LOUPÉ !!

Zèbre virtuel et immense : Une sorte d’ami imaginaire qui courrait à nos côtés quand on se sent bloqué dans les embouteillages.

Laure-Elie Hoegen

Photo : © nattanan23

Retrouvez tous les textes publiés dans le cadre
de nos défis « l’écriture qui pousse »
ICI !

Laure-Elie Hoegen

Laure-Elie H. souhaite contempler, observer puis archiver et causer de la vie des scènes romandes. Voici ce qui la nourrit parallèlement à son parcours partagé entre germanistique, dramaturgie et pédagogie. Vite, elle vous attend au café des Planches ou pour une lecture inattendue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code