L’écriture qui pousse #9 : Une catastrophe… improbable

Bienvenue dans L’écriture qui pousse ! Aujourd’hui, vous allez découvrir un des textes produits dans le cadre de nos défis littéraires. Le défi du mois de mai 2021 portait le titre suivant : le club des 5. L’idée ? Placer 5 mots improbables – à savoir : ornithorynque, lampadaire, cactus, dromadaire et catastrophe.

Aujourd’hui, c’est Fabien Imhof qui s’y colle. Le récit palpitant d’une catastrophe… improbable !

* * *

Une catastrophe… improbable

Il faut absolument que je vous raconte… non mais vraiment ! Il s’est passé un truc. Ah oui, pardon, j’ai oublié de me présenter ! Je m’appelle Ornicar, et je suis un ornithorynque. Un jour, j’essaierai de vous expliquer le pourquoi de mon apparence, mais ça, c’est une autre histoire… Aujourd’hui, je voudrais vous raconter ce qui s’est passé hier soir, parce que c’est vraiment une catastrophe !!!

Donc, je me baladais tranquillement dans le désert, avec mon ami Albert. Ah oui, Albert, c’est un dromadaire, faut que je précise, sinon vous allez rien comprendre ! Donc, on était avec Albert dans son désert. Albert, c’est un mec, il bosse tout le temps, je vous jure. C’est pour ça, c’est rare qu’on arrive à se voir, entre lui qui veut pas qu’on dise que le chameau bosse deux fois plus que lui, et moi qui partage mon temps entre aider les castors à construire leurs barrages et écrire des articles pour un canard qui me paie même pas…

Bon, donc on se baladait dans son désert, en discutant de tout et de rien. Je lui expliquais que je comprenais pas qui m’avait foutu un corps pareil et lui me racontait ses déboires avec son boss… Bref, la routine entre deux vieux potes, quoi ! Mais là, on est tombé sur un cactus. Rien d’incroyable hein, il y en a quelques-uns dans son désert, on fait juste attention qu’ils nous piquent pas nos affaires. Si-si, je vous jure, ils font ça, c’est des vicieux !

Donc on était vers ce cactus, à surveiller qu’il ne nous fasse pas les poches, quand tout à coup, PAF, une grande lumière nous a aveuglé ! Je vous vois venir, bande de petits malins : « Mais t’es sûr que c’était pas le soleil ? » Je vous ai dit qu’on était le soir, essayez de suivre un peu ! Donc, je disais – vous me faites perdre le fil avec vos commentaires ! – on s’est fait aveugler par une grande lumière ! Le temps qu’on essaie de comprendre ce qui se passait, la lumière a disparu, et le cactus avec. Et sur nous ? Plus rien, pas un centime ! Ah, je vous le dis, on était marron pour se payer un dessert (dans le désert, en plus… vous voyez le tableau ?) ! C’est bête, en plus, il y a un super marchand de glaces dans le désert d’Albert !

C’est que ce matin, en me levant et en lisant le journal que j’ai compris : le cactus avait un complice ! Vous devinerez jamais ce que c’était : un lampadaire ! Si-si ! Un magicien raté qui n’a pas réussi à briller et qui s’est reconverti… pas une lumière, apparemment, mais avec le cerveau du cactus, ils ont réussi à bien ficeler leur coup, on était vert ! Le lampadaire détourne l’attention des gens, et le cactus leur pique tout ce qu’ils ont. Et nous, bah… on s’est fait avoir comme des bleus ! Une catastrophe, je vous dis…

Bon, ça m’a fait du bien d’en parler, mais c’est pas tout ça, faut que je vous laisse, il y a ma femme qui va (encore) accoucher, et je sais toujours pas si ce sera un petit truc étrange ou des œufs…

Fabien Imhof

Photo : © Manuela_Burkhalter

Retrouvez tous les textes publiés dans le cadre
de nos défis « l’écriture qui pousse »
ICI !

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code