P’tit Music’Hohl : Meury cuisine l’actu comme un chef !

Au P’tit Music’Hohl, du 2 juin au 30 juillet, ça sent l’actualité… et la cuisine 4 étoiles ! Le chef Meury nous fait déguster son dernier spectacle culinairo-journalistique : Thierry Meury met les p’tits plats dans l’écran. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le rire s’invite à table, pour notre plus grand plaisir !

Pour moi, Thierry Meury est un artiste qui reste irrémédiablement accroché à mes souvenirs d’enfance. Il faut dire que Meury, je l’ai « rencontré » quand j’étais toute bouèbe, vers 9-10 ans. Enfin, « rencontré », entendons-nous bien : disons que j’ai plutôt rencontré sa voix. À l’époque, il se défoulait sur les ondes de la Radio Suisse Romande, dans une émission satirico-politique au titre alléchant : La soupe est pleine. Aux côtés, notamment, de Laurent Flutsch, il prenait un malin plaisir à titiller chaque dimanche l’invité du jour (une personnalité politique, culturelle, sportive…), en soumettant le ou la malheureuse à un passage en règle sur le grill : c’était « Le jugement dernier ». Meury devenait donc le Grand Démoniaque et, face à Saint Laurent, argumentait pour envoyer le ou la pauvre invité·e en Enfer…

Bon, j’avais 9-10 ans et, avouons-le, je n’y comprenais pas grand-chose. N’empêche, c’était drôle. Bourré de mauvaise foi, de gausseries de comptoir et d’humour incisif. J’en redemandais, comme d’un plat délicieux à la saveur hilarante.

Le cuisto de l’actu

C’est cette saveur d’enfance que j’ai retrouvée avec joie dans le dernier spectacle de Thierry Meury, au P’tit Music’Hohl : Thierry Meury met les p’tits plats dans l’écran. Le jeu de mot du titre, accrocheur, m’a tout de suite mis l’eau à la bouche. La suite ne m’a pas déçue. Tout en toque et en tablier, Meury débarque sur scène, avec sa gouaille ronchonne. Ce qu’il nous propose ? Un menu gastronomique avec, pour ingrédient principal, l’actualité – et de la fraîche, s’il vous plaît, directement piochée dans cette drôle d’année que nous venons de vivre (entre autre : pandémie, crise économique, faits-divers en tout genre, visite de chefs d’état…). Débute alors une recension des grandes et petites nouvelles de la Suisse et du monde, accompagnée d’extraits de journaux et de verres de rosé judicieusement apportés aux moments opportuns par le marmiton Jessie Kobel. Le malheureux, d’ailleurs, se fait régulièrement ramasser par son patron, la grande-gueule Meury trouvant toujours de quoi redire face aux frasques de son subordonné. Par chance, Kobel ne manque pas de répartie : entre deux plats, il rabat son caquet au chef… quitte (comble de l’affront !) à presque lui voler la vedette (à ce titre, sa déclamation du menu, avec chant et guitare, était savoureuse !).

En tenue de cuisinier, attablé à une table haute face à un écran de projection où s’affichent des photos de diverses coupures de presse, Meury cuisine donc l’actu et nous la sert, en direct. Le spectacle se construit comme un repas gargantuesque : d’abord, l’apéritif (exclusivement réservé aux Messieurs) ; puis les hors-d’œuvres (charcuterie pour les mecs, légumes pour les nanas – marrant, dans mon cas, ça aurait plutôt été l’inverse…), les entrées, le plat de résistance, le fromage, le dessert, le café, le pousse-café. Il ne manque rien ! Tout l’actualité y passe, des événements internationaux (Covid en tête, sans oublier la triade Trump / Biden / Poutine) aux pages people, un détour par l’écologie (salut Greta !), la culture, le sport (tiens, voilà du Roger !)… Ça foisonne, Meury enchaîne les commentaires à une allure folle et surfe sur les rires qui éclatent entre chaque saillie. Ce qu’il nous propose, c’est un véritable exercice de style qui consiste à proposer un décryptage thématique de l’actu, en prenant soin de collisionner entre elles des nouvelles apparemment sans lien évident, mais dont la rencontre crée un mélange détonnant. Vous livrer ici des exemples gâcherait la surprise ; allez voir (et rire !) par vous-même, ce sera bien plus savoureux ! En tout cas, tout le monde en prend pour son grade – Meury adoptant avec une petite préférence la posture assumée de « mâle dominant », qui titille d’un ton moqueur les théories des féministes et autres partisan·e·s de l’écriture inclusive : faut-il vraiment s’écharper sur de tels sujets ? N’y a-t-il pas plus urgent à régler ? Rien de nouveau sous le soleil, il est vrai : ce genre de commentaires foisonnent sur les réseaux sociaux. Mais qu’on soit d’accord ou non avec le chef, c’est le jeu : on savait à quoi s’attendre en entrant et vraiment, rire de soi-même fait autant de bien que rire des autres. On en redemande !

Au final, Thierry Meury nous livre une belle performance, une revue de l’actu qui fait non seulement honneur au monde du théâtre et de la culture (durement touché par la pandémie), mais aussi à celui de la cuisine (tout aussi touché par les retombées du virus). L’un comme l’autre nous ont énormément manqué, au cours de cette étrange année. En tissant actualité et cuisine, Meury met donc les petits plats dans les grands et l’église au milieu du village : la culture est essentielle car elle nous permet de vivre. Chapeau l’artiste, santé et… bon appétit !

Magali Bossi

Infos pratiques :

Thierry Meury met les petits plats dans l’écran, de Thierry Meury, du 2 juin au 30 juillet 2021 au P’tit Music’Hohl.

Avec Thierry Meury et Jessie Kobel.

http://musichohl.ch/?page_id=18

Photo : http://www.signegeneve.ch/geneve/centre/ptit-musichohl-thierry-meury-met-ptits-plats-lecran.html

Magali Bossi

Magali Bossi est née à la fin du millénaire passé - ce qui fait déjà un bout de temps. Elle aime le thé aux épices et les orages, déteste les endives et a une passion pour les petits bols japonais. Elle partage son temps entre une thèse de doctorat, un accordéon, un livre et beaucoup, beaucoup d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code