Un autre monde pour ouvrir son esprit

Pour son ouverture, sur la place Sturm, le pavillon de la danse accueillait le 8ème épisode de la série Vous êtes ici, Chamane, dans lequel on retrouve Cassandra, qui entre dans son initiation au rite chamanique. L’épisode était couplé à Yoshtoyoshto, une sorte de conférence en transe, comme un voyage dans un autre monde.

Deux parties qui se complètent

La première partie, d’une vingtaine de minutes, met en scène un monologue de Cassandra, cette femme rencontrée à l’épisode 2 et à travers qui les mort·e·s parlent. On y retrouve l’ambiance de la série qui nous avait tant manqué, et son générique, Sunday Morning d’Amanaz, en fond. Dans cette introduction au rite chamanique, Cassandra semble décontenancée, avant d’entrer dans sa transe. Les voix se bousculent dans sa tête, et le personnage doit tenter de comprendre ce qui lui arrive. Dans la seconde partie, d’environ une heure, changement d’ambiance : c’est une sorte de conférence mêlant musique électronique en direct, image projetée sur grand écran et texte aux allures scientifiques qui est proposée au public. Il y est question de la tribu Yaminahua, pour qui chaque être vivant sur la Terre est animé par un Yoshi, une entité invisible multifacettes… De quoi plonger dans une expérience étrange et nouvelle !

Comprendre au-delà du monde physique

Le chamane est habituellement une personne capable de faire le lien entre les humains et les esprits. Quelle meilleure personne pour l’incarner que Cassandra, au vu de ses compétences ? Le but du rite qui lui est proposé est de développer ses capacités sensorielles, afin de mieux comprendre comment les mort·e·s peuvent parler à travers elle. Le tout dans le but d’entreprendre une communication réciproque et de mieux maîtriser cette compétence particulière. Afin de plonger le public dans cet état de transe, c’est une expérience sensorielle qui est proposée. La scène est à peine éclairée, ce sont donc avant tout les sons qui permettent d’appréhender ce qui se passe. Pour ce faire, l’équipe de création du spectacle met dans les mains de deux comédiennes (Davide Christelle Sanvee, l’interprète d’Ada, et Marion Chabloz) un étrange dispositif sonore. Dans chaque main, elles tiennent une sorte de haut-parleur ; leurs mouvements permettent de diffuser le son dans la direction qu’elles souhaitent. Les spectateur·trice·s n’entendent ainsi pas tout uniformément, ce qui a pour effet de les plonger dans une forme de confusion, une sorte d’état de transe accentué par le fait qu’iels ne voient presque rien. Cassandra nous emmène avec elle dans l’univers de ses sensations augmentées…

Au cœur du monde des Yaminahuas

On pourrait considérer que la seconde partie du spectacle, Yoshtoyoshto, représente le monde intérieur et chamanique dans lequel elle nous emmène. Ceci coïnciderait parfaitement avec l’ambiance musicale de Franz Teichler, très forte, qui brouille en quelque sorte les sens. L’anthropologue Jeremy Narby se tient face au public commence par exposer la vision du monde de Yaminahua et leur relation aux Yoshis. Yoshtoyoshto, qui donne son titre à cette conférence chamanique, est l’expression du langage indirect et métaphorique de ce peuple. N’intervenant que par moments, il laisse la place à l’ambiance sonore et visuelle, qui nous plonge dans un état second, comme sous hypnose. On entend ainsi des loop, dans une musique qu’on qualifierait d’atmosphérique et qui s’adapte à chaque moment de la conférence : plus calme ou plus forte, avec plus ou moins de percussions selon la gravité du propos… À l’écran, les images tournent en boucle pendant quelques secondes, avant de laisser place à la suivante, les couleurs sont par moments saturées et mises en miroir, comme dans un kaléidoscope hypnotique. Comme pour Cassandra dans son rituel, tout est mis en œuvre pour nous mettre dans un état sensoriel qu’on peine à contrôler, afin d’appréhender différemment ce qui nous est raconté. Il faut se laisser porter.

Par bribes, donc, l’anthropologue Jeremy Nardy, de sa voix lancinante, nous en apprend un peu plus sur les Yaminahua, sur le fonctionnement et l’utilité des virus, sur des considérations scientifiques… Alliant théories scientifiques et ambiance magique de la tribu, il tend à nous montrer que les deux ne sont pas incompatibles. Au contraire, leur alliance permet d’ouvrir d’autres perspectives sur le monde, et de le comprendre un peu mieuxAinsi, l’apparition d’un virus ou d’une autre forme d’effondrement ne devrait pas être vue, comme certain·e·s le prétendent, comme une punition, mais plutôt comme une façon de réguler la biosphère, en empêchant une espèce de prendre trop le dessus sur les autres. Favoriser la biodiversité, en somme. Cet état de fait crée le lien entre le spectacle, notre situation mondiale actuelle et celle de la saga qui, rappelons-le, débute par un effondrement…

Sans être moralisatrice, la conférence Yoshtoyoshto nous invite ainsi à penser le monde autrement, en mettant en perspective la fiction et la possibilité d’un effondrement mondial, pour quelque raison que ce soit. Elle nous rappelle aussi que nous devons préserver cette planète qui nous héberge, sans pour autant tomber dans un extrémisme écologique.

Ouvrir son esprit pour comprendre au-delà de nous, c’est sans doute là le message que je retiens de ce double spectacle à la fois déroutant et éprouvant. Pour le meilleur, espérons-le.

Fabien Imhof

Infos pratiques :

Vous êtes ici /Ep. 8 : Chamane, épisode couplé à Yosthoyoshto, du 20 au 24 avril 2021 au Pavillon de la danse.

Monologue écrit par Antoine Volodine :

Création collective de Maya Bösch, Brice Catherin, Jonathan O’Hear avec Eléonore Cassaigneau, Lucile Carré, Davide-Christelle Sanvee et Marion Chabloz

Avec Claude-Inga Barbey, Davide-Christelle Sanvee et Marion Chabloz

Conférence vidéo-sonique :

Conception de Franz Teichler, Peter Mettler et Jeremy Narby

https://pavillon-adc.ch/spectacle/michele-pralong-julie-gilbert-et-dominique-perruchoud-vous-etes-ici/

Photos : ©Isabelle Meister (Vous êtes ici) et ©Mehdi Benkler (Yoshtoyoshto)

Fabien Imhof

Titulaire d'un master en lettres, il est l'un des co-fondateurs de La Pépinière. Responsable des partenariats avec les théâtres, il vous fera voyager à travers les pièces et mises en scène des théâtres de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.