Au POCHE/GVE : Comédiens et comédiennes caméléons

Le POCHE/GVE, c’est, cette année, 75 ans de théâtre. Avec le temps qui passe, les traditions s’enracinent – comme celle, particulière, du POCHE/GVE. Une troupe permanente assure l’ensemble du répertoire, durant une saison au moins et donne à voir les comédien·ne·s dans plusieurs pièces différentes, plusieurs fois de suite. Variation et permanence : on aime.

1948. Une certaine énergie d’avant-garde animait celles qui tenaient tous les rôles au Poche, nommons les créatrices : Fabienne Faby, Marcelle De Kenzac. Tel un hommage à leur effronterie créatrice, la saison du POCHE/GVE rayonnera sous les notions suivantes (à vous d’en retrouver les influences au cours de la saison !) : Idées fraîches, Europe ouverte, place de l’Autre, place de la Femme, avec un cycle non linéaire, gravitant autour de textes contemporains et des revisites des succès du début du Poche.

Juste avant l’entrée dans l’automne et les salons chauds, un détour par Éveil/Printemps, un texte de Frank Wedekind, avec une mise en scène du directeur Mathieu Bertholet. Dès le 26 septembre, on célèbrera les affres et les aspirations de Moritz, Wendla et Melchior : 3 jeunes adolescents qui débordent d’énergie et d’envies, à la fin du XIXe.

Dès le 3 octobre, vous verrez les comédien·ne·s caméléons : Bénédicte Amsler Denogent, Léonard Bertholet, Valeria Bertolotto, Jeanne De Mont, Jérôme Denis, Aurélien Gschwind, Simon Guélat, Zacharie Jourdain, Aline Papin, Louka Petit-Taborelli, Djemi Pittet et la comédienne invitée, Rébecca Balestra. Ils et elles se faufileront dans la pièce Trigger Warning, avec un texte de Marcos Caramés-Blanco et une mise en scène signée Isis Fahmy. Place aux interactivités virtuelles, là où la langue et l’identité ne cessent d’être repensées, rajeunies, repolies – attaquées peut-être ?

Rebekka Kricheldorf (Villa Dolorosa, Extase & Quotidien, Fräulein Agnès et La maison sur Monkey Island) revient, encore et toujours au POCHE/GVE, dès le 14 novembre, avec la pièce Une oreille nue à la patte de l’amour ou comment filer une puce malgré soi ! dont la mise en scène sera assurée par Superprod (Céline Nidegger et Bastien Semenzato). Le coup d’œil est adressé aux comédies de Boulevard, c’est un vrai coup d’épaule lancé à Feydeau : portes qui valsent, acrobaties pour éviter de dévoiler l’amant, affrontements sans lendemain… on a hâte.

Dès le 28 novembre, l’on verra Le Père Noël est une benne à ordure, un texte de Guillaume Poix pour une mise en scène de Manon Krüttli. Pierre et Thérèse du Père Noël est une ordure résonnent en nous ; mais cette nouvelle nuit du réveillon 2022 s’apparente davantage à une dystopie qu’à une ode à la bienveillance.

La nouvelle année verra éclore Edmée, un texte d’Antoinette Rychner, d’après Edmée de Pierre-Aristide Bréal, avec une mise en scène de Florence Minder et Julien Jaillot et ce, dès le 16 janvier. Ce boulevard fut un succès dans les années 1950 jusqu’à même entrer au fameux Théâtre de la Huchette de Paris. Pour cette réécriture de la farce paysanne, l’auteure habite son personnage Edmée du désir d’être riche, très riche balayant d’ailleurs tous scrupules de réussir sa quête !

La pièce Still life (Monroe-Lamarr) donne voix à deux icônes du monde du cinéma hollywoodien : Marylin Monroe et Hedy Lamarr. Rêves rêvés, rêves fracassés, le texte de Carles Batlle replace l’objectivisation de la femme dans le monde à l’apparence légère des paillettes. La mise en scène est signée Anne Bisang et sera dévoilée dès le 20 février.

Le cycle du POCHE/GVE se clôt avec le texte des années 50, qui était là à la naissance du Poche : La putain respectueuse, texte de Jean-Paul Sartre mais adapté et mis en scène par Selma Alaoui dès le 27 mars. Au programme, la fausse déclaration de Lizzie, prostituée blanche, prête (quoique…) à innocenter l’assassin blanc d’un homme noir. Vous serez aux prises avec les réflexions féministes et antiracistes. On en redemande !

Mais… Le POCHE/GVE ne s’arrête pas à cette enfilade de pièces. C’est aussi, depuis que Mathieu Bertholet est aux commandes, le Comité de spectateurs qui accueille une trentaine de personnes afficionados du théâtre lors des générales et récolte leurs avis, moments flash et retours critiques. Spectateur/Spectatrice discret ou ivre de partage, c’est au POCHE/GVE que l’on vous attend pour cette nouvelle saison !

Laure-Elie Hoegen

La programmation complète et les détails de chaque spectacle sont à retrouver sur le site du POCHE/GVE.

Photo : © Carole Parodi

Laure-Elie Hoegen

Nourrir l’imaginaire comme s’il était toujours avide de détours, de retournements, de connaissances. Voici ce qui nourrit Laure-Elie parallèlement à son parcours partagé entre germanistique, dramaturgie et pédagogie. Vite, croisons-nous et causons!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *