Autoportrait : Lexique d’aide à la compréhension d’une pseudo-lettrée

Depuis plusieurs années, le Département de langue et littérature françaises modernes de l’Université de Genève propose à ses étudiantes et étudiants un Atelier d’écriture, à suivre dans le cadre du cursus d’études. Le but ? Explorer des facettes de l’écrit en dehors des sentiers battus du monde académique : entre exercices imposés et créations libres, il s’agit de fourbir sa plume et de trouver sa propre voie, son propre style !

La Pépinière vous propre un florilège de ces textes, qui témoignent d’une vitalité créatrice hors du commun. Qu’on se le dise : les autrices et auteurs ont des choses à raconter… souvent là où on ne les attend pas !

Aujourd’hui, nous vous proposons de faire connaissance avec une des participantes de cet Atelier. Valentina Poduti vous emmène dans ses « fragments d’êtres », entre souvenirs et définitions de dictionnaire. Bonne lecture !

* * *

Fragments d’être

  1. MAISON n.f –

(SE) SENTIR À LA MAISON : Endroit chaud, où coule du café aux bonnes heures, livres qui sentent bon s’y mélangent. Canapé d’où proviennent des bruits de ronflement. Plante devant la fenêtre, habits humides qui sèchent.

Parfois un deuxième refuge est bienvenu, bruyant, sucre, se sentir en sécurité.

Parfois il y faut partir pour. Embrasser, se retrouver. Cigarette, sentir, écouter, comprendre.

  1. BALAI-BROSSE n.m(emploi du)

Balais à brosse de chiendent employé pour tenter de faire briller un objet de toute sa lumière.

Pour un usage typique :

  • Entrer par le portail principal.
  • Avancer d’un pas décidé et prendre de l’eau en chemin (objectif : taches récalcitrantes).
  • Poursuivre ensuite le chemin, prendre l’escalier à droite, monter d’un étage.
  • À droite. Saluer.

On nous sourit en retour (de manière crispée généralement).

En silence.

Commencer à balayer pour que tout soit propre.

HÔTE n.m : il faut savoir s’enlever

CONDITION n.f : l’herbe du voisin est généralement plus verte

ZIPPER verbe transitif : Familier. Envoyer la balle droit dans le mur

  1. 2515 [1]: ROUTINE CAUCHEMARDESQUE

Nous sommes les descendants du Tchadanthrope, et grâce à ça, nous avons la chance de nous réveiller au premier coup de sonnerie. Une fois debout, nous nous préparons. Heureusement, pas besoin de tchador pour nous. On s’habille donc normalement, et là on descend vite boire un verre de tchapalo avant de partir. On sort, on passe devant le petit magasin turc à l’angle, on effleure des doigts les tcharchafs au tissu soyeux. Unique douceur de la journée. À l’arrêt du bus on croise le Tchèque, qui, avec sa tchatche habituelle, est toujours prêt à discuter météo. Le bus arrive, on monte. Généralement à cette heure-ci il est bondé, bruyant. Aujourd’hui on est plaqués contre deux femmes qui discutent avec véhémence en tchérémisse. L’une d’elles est magnifique, un trait aussi noir que le tchernoziom assombrit son regard. Mystérieux. Nous n’aurions jamais le courage.

On descend, enfin.  On fouille ses poches à la recherche de quelques tchervontsy, pour un autre verre de tchapalo. Tchin tchin, c’est généralement la réponse du barman, toujours aussi étonné de nous voir débarquer à cette heure-ci. On arrive au bureau, infernal. On pose la pile de dossiers sur la dure table en tchitola. Il entre et nous salue, toujours pareil « Té ! Te voilà enfin, pas trop tôt ». Il n’est que cette heure-ci pourtant. On commence donc à travailler sur l’énième teasing, en buvant un té (on ne peut pas faire mieux) et en jouant frénétiquement avec la barre du té, jusqu’à la prochaine halte, à midi.

  1. DOUCES SCENTEURS

Le café au réveil

La cannelle sur les biscuits

La pluie d’été

Le thé à l’érable

Les pages de mes livres

Le feu de bois de sapin

  1. DOUCES SAVEURS

Le chocolat

Les châtaignes grillées

Le caramel beurre salé

Le fromage avec le vin blanc

  1. MOMENTS DE BONHEUR

L’attente avant une course d’école quand on est enfant

Le silence de la première neige

Les grillons chantant les nuits d’été

Le coucher de soleil en terrasse

La plage en fin de journée

Le Noël en famille

Valentina Poduti

Ce texte est tiré de la volée 2021-2022, animée par Magali Bossi et Natacha Allet.
Retrouvez tous les textes issus de cet atelier
ICI.

Photo : © Randgruppe

[1] Mots extraits de la p.2515 du Larousse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code