L’écriture qui pousse #4 : Abécédaire du cadeau parfait

Bienvenue dans L’écriture qui pousse ! Aujourd’hui, vous allez découvrir un des textes produits dans le cadre de nos défis littéraires. Le défi du mois de décembre 2021 portait le titre suivant : « Abécédaire du cadeau parfait ». L’idée ? Créer une liste PARFAITE pour le Père Noël… au gré de ses envies et de ses besoins.

Aujourd’hui, nous prolongeons un peu l’esprit des fêtes et retrouvons ce défi qui vous avait beaucoup inspiré·e·s l’an passé. C’est Noah Grisoni qui vous en propose sa version… Bonne lecture !

* * *

Abécédaire des cadeaux

Cher·ère Noël,

Quel moment féérique ! Le jour approche et il me vient l’idée d’écrire une liste de ce qu’il me tarde de découvrir sous le ficus qui me sert de sapin. Cette année je me lance et je désirerais…

Avoir la motivation nécessaire pour me remettre au sport ! Toutes ces sucreries auront ma peau.

Bien chanter, afin d’assurer lorsque « Is this the real life ? Is this just fantasy ? »[1] retentit au karaoké.

Cueillir sans tarder le bouton de la rose.[2]

Danser jusqu’au bout de la nuit avec les démons de minuit.[3]

Espérer de ma vie qu’elle dure davantage que 30 ans.

Façonner le monde d’après, un monde meilleur.

Garder espoir, pour finalement…

Hiberner 30 ans.

Inviter la femme de ma vie (ma mère) au restaurant.

Jardinier à en avoir la main verte… mes pauvres plantes… mon ficus !

Knocker knocker aux portes du paradis.[4]

La présence d’un père, de préférence le mien.

Murmurer des mots doux.

Ne plus être interr …

On reprend pardon.

Profiter du présent, car « tous ces moments se perdront dans l’oubli… comme… les larmes… dans la pluie. »[5].

Questionner brillamment, à la manière de Socrate.

Retrouver mon chemin.

Sauvegarder automatiquement ma vie, pour revenir en arrière si jamais.

Tolérer le lactose.

Un autre jour d’anniversaire, car étant né à Noël, je m’efface peu à peu au profit d’un vieil être imaginaire.

Voguer vers le X (car un X marque l’emplacement)[6].

Wivre sans être croqué. Foutue dyslexie…

X, juste un x sur une carte, afin de partir à l’aventure comme un enfant insouciant.

Yippee-ki-yay, pauvre con[7] ! Il se fait tard. Je m’écroule tel Hans Gruber… Je file me coucher…

Zzzz zzzz

N.G.

Noah Grisoni

Retrouvez tous les textes publiés dans le cadre
de nos défis « l’écriture qui pousse »
ICI !

Photo : © stux

[1] Queen, Bohemian Rhapsody, 1975.

[2] Peter Weir, Le Cercle des poètes disparus, 1989.

[3] Images, Les Démons de minuit, 1987.

[4] Guns N’ Roses, Knockin’ On Heaven’s Door, 1990.

[5] Ridley Scott, Blade Runner, 1982.

[6] Steven Spielberg, Indiana Jones : la Dernière Croisade, 1989.

[7] John McTiernan, Die Hard, 1988

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *