Du jardin au balcon : épisode 10

C’est le printemps ! Des jardins aux balcons, la belle saison est là… mais, quand on est enfermé.e.s à l’intérieur, difficile d’en profiter.

Du jardin au balcon est un projet d’écriture participative qui veut remédier à cette situation. La Pépinière a réuni des rédacteurs très différents – amateurs, confirmés, loufoques, sérieux, timides ou exubérants. Un seul mot d’ordre : faire vivre le printemps, en observant ce qui est là – de l’autre côté de la fenêtre, sous le balcon, dans le jardin.

Entre le feuilleton et le cadavre exquis, Du jardin au balcon vous accompagnera chaque jour dans un texte évolutif et des aventures rocambolesques. À l’issue du projet, nous aimerions envoyer gracieusement le texte ainsi produit aux EMS du canton, afin d’apporter à leurs pensionnaires un peu de printemps, en cette période troublée.

Alors, vous nous suivez ? C’est parti !

Retrouvez le début du feuilleton ICI !

* * *

Épisode 10 : la fin d’un rêve

Aglaë se surprend à sourire. Et si cette grosse aiguille venait à perforer la grosse bulle qui emprisonne Sidoine ? Elle imagine la scène. Sidoine et son canard, sautillant joyeusement quand tout à coup… BANG ! En une fraction de seconde, la bulle éclate et les deux compères se retrouvent les quatre fers en l’air (ou plutôt les six, si l’on tient compte des deux pattes de l’animal) sur le trottoir de la Rue Saint-Joseph. Quelle belle vengeance après l’attitude de cet effronté jeune homme… Le sourire de la jeune femme s’agrandit encore.

« AGLAËËËËË !!! »

Aglaë est tirée de ses rêveries surréalistes par la voix de Mme Debby Goudy. Sa patronne l’interpelle depuis l’intérieur du bar à chats.

« Avez-vous trouvé l’origine de ce TOC-TOC-TOC ? »

Aglaë regarde autour d’elle. Mais où sont Sidoine et son canard ? Et le parapentiste ? Plus rien aux alentours. Dommage !, ne peut-elle s’empêcher de penser en songeant à la chute. Sidoine, emprisonné dans une bulle, ce n’était qu’un rêve.

Mais d’où peut bien provenir ce bruit ?

Elle se décide alors à chercher plus sérieusement. Elle observe, écoute. Elle avance dans une direction, tourne au coin de la rue. Le bruit devient plus faible, elle revient alors sur ses pas. Elle s’imagine en véritable Sherlock Holmes, avec son fameux manteau et son deerstalker – son célèbre chapeau. Il ne manque que le fidèle Watson. Peut-être Sidoine pourrait-il faire l’affaire ?

TOC-TOC-TOC… TOC-TOC-TOC…

« Concentrons-nous ! »

Le bruit semble venir d’en haut. Aglaë lève la tête vers l’arbre le plus proche. Elle aperçoit alors une jolie grive musicienne. Serait-ce la responsable du mystérieux bruit ? Le perroquet quitte l’épaule d’Aglaë et se pose près de la grive. Celle-ci semble ravie et se met à chanter. Un joli chant mélodieux – rien à voir avec le bruit insupportable qui dérange sa patronne… Aglaë prend quelques secondes pour profiter de ce joli concert. Et elle n’est pas la seule. D’autres volatiles semblent attirés par le doux son : un troglodyte mignon, une mésange rémiz penduline et même une hirondelle de saucisson (un drôle d’oiseau, très courant, semble-t-il, dans les rues carougeoises)… Est-ce que ces notes harmonieuses plairaient à Sidoine ?

Concentre-toi, Aglaë ! s’ordonne-t-elle à elle-même. Ce n’est pas le moment d’avoir la tête ailleurs. Pourtant, elle doit bien se l’avouer, elle a du mal. Ses pensées sont tournées vers un drôle de canard ou plus exactement vers son propriétaire…

TOC-TOC-TOC… TOC-TOC-TOC…

Lauréline Guntz

La suite c’est par ICI !

Et pour retrouver tous les épisodes, c’est par LÀ !

Photo : © Fabien Imhof

2 réflexions sur “Du jardin au balcon : épisode 10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *