Du jardin au balcon : épisode 13

C’est le printemps ! Des jardins aux balcons, la belle saison est là… mais, quand on est enfermé.e.s à l’intérieur, difficile d’en profiter.

Du jardin au balcon est un projet d’écriture participative qui veut remédier à cette situation. La Pépinière a réuni des rédacteurs très différents – amateurs, confirmés, loufoques, sérieux, timides ou exubérants. Un seul mot d’ordre : faire vivre le printemps, en observant ce qui est là – de l’autre côté de la fenêtre, sous le balcon, dans le jardin.

Entre le feuilleton et le cadavre exquis, Du jardin au balcon vous accompagnera chaque jour dans un texte évolutif et des aventures rocambolesques. À l’issue du projet, nous aimerions envoyer gracieusement le texte ainsi produit aux EMS du canton, afin d’apporter à leurs pensionnaires un peu de printemps, en cette période troublée.

Alors, vous nous suivez ? C’est parti !

Retrouvez le début du feuilleton ICI !

* * *

Épisode 13 : un amateur de cacahuètes

Aglaë n’en revient pas : cette fois, c’est le perroquet qui s’y met. À qui mieux-mieux, il lui hurle dans l’oreille : « c’est quoooooooi, ce bruuuuuuit ? »

La jeune femme commence à perdre patience : entre ça et le fameux TOC-TOC-TOC dont elle doit résoudre le mystère… ça commence à faire beaucoup. Mais le perroquet ne s’arrête pas là :

« Cacahoooouuèèète ! Cacahooouuuuuèèèèète ! »

Tiens, c’est nouveau, ça, pense Aglaë. En entendant le volatile, l’adolescent-taggueur éclate de rire :

« Il a faim, ton pigeon ! »

La jeune femme hausse un sourcil, agacée :

« Ce n’est pas un pigeon ! C’est un Poicephalus senegalus versteri – autrement dit, un youyou à ventre rouge ! Un peu de respect, enfin. »

L’autre ne se laisse pas démonter, hilare :

« Et il a un nom, le Poicephalus senegalus versteri ? Moi, mon nom d’artiste, c’est Skipy. »

Un nom ? Heu… vite vite, Aglaë se rue sur la première idée qui lui vient :

« Il s’appelle… Kiri », fait-elle en gratouillant la tête de l’oiseau.

Kiri, ça te va bien, hein ?, espère-t-elle en guettant la réaction du perroquet. Celui-ci se balance, d’une patte à l’autre d’un air affirmatif, en lâchant un nouveau « caaaaaacahoooouèèèète » tonitruant. Bon. Va pour Kiri, alors. Sur les conseils de Skipy, Aglaë décide de mener une opération commando dans le Royal Kitten. Objectif : les fameuses cacahuètes ! Mais comment faire sans avoir Mme Goudy sur le dos ? Première étape : laisser le perroquet fraîchement baptisé sur la terrasse, pour ne pas risquer d’esclandre avec la patronne. Puis, d’un bon pas, la jeune femme pénètre dans l’établissement avec assurance, un petit sourire crispé aux lèvres. La tenancière est avachie sur une chaise. Près d’elle, sur un guéridon, un grand pichet d’une boisson fraîche et mousseuse. Assoiffée par la matinée qu’elle a passée à arpenter les rues et les places de Carouge, Aglaë regarde le pichet avec envie, la gorge sèche…

« Cacaaaaahouète ! Cacahouèèète ! Cacahoooouuuuuuuèèèèteeeeee !!! »

Mais c’est pas possible ! On l’entend jusque-là… ce satané goinfre à plumes colorées va tout mettre par terre !

« Mais chuuuut ! » grommelle Aglaë entre ses dents. « Je vais te les chercher, un peu de patience. »

Heureusement, Mme Goudy n’a rien remarqué et lui demande d’un air grognon ce qu’elle fiche là. Aglaë, intimidée, tente de reprendre esprit et assurance :

« Heu… c’est qu’il fait teeeeerriblement chaud, dehors. Et j’ai cherché votre TOC-TOC-TOC toute la matinée à travers les rues des alentours. Je n’ai même pas eu le temps de boire un verre d’eau. Alors je venais chercher une boisson fraîche… »

Elle fait son plus beau sourire. Mme Goudy fait la grimace, mais finit par se lever et attrape une bouteille d’eau derrière le comptoir. Elle la tend à Aglaë :

« Voilà. Et que ça ne devienne pas une habitude ! »

Osilda Crausaz

La suite, c’est par ICI !

Et pour retrouver tous les épisodes, c’est par LÀ !

Photo : © Fabien Imhof

Une réflexion sur “Du jardin au balcon : épisode 13

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *