Du jardin au balcon : épisode 12

C’est le printemps ! Des jardins aux balcons, la belle saison est là… mais, quand on est enfermé.e.s à l’intérieur, difficile d’en profiter.

Du jardin au balcon est un projet d’écriture participative qui veut remédier à cette situation. La Pépinière a réuni des rédacteurs très différents – amateurs, confirmés, loufoques, sérieux, timides ou exubérants. Un seul mot d’ordre : faire vivre le printemps, en observant ce qui est là – de l’autre côté de la fenêtre, sous le balcon, dans le jardin.

Entre le feuilleton et le cadavre exquis, Du jardin au balcon vous accompagnera chaque jour dans un texte évolutif et des aventures rocambolesques. À l’issue du projet, nous aimerions envoyer gracieusement le texte ainsi produit aux EMS du canton, afin d’apporter à leurs pensionnaires un peu de printemps, en cette période troublée.

Alors, vous nous suivez ? C’est parti !

Retrouvez le début du feuilleton ICI !

* * *

Épisode 12 : le mystère résolu ?

« C’est toi qui fais ce bruit ? », s’écrie Aglaë en s’élançant vers l’adolescent tagueur qui, dans sa confusion, ne répond pas.

« Et en plus, comment oses-tu… »

Mais là, Aglaë s’arrête, bouche bée : derrière les planches, elle vient de découvrir l’œuvre du jeune homme, représentant… un parachutiste, la mine féroce, muni d’une épée et – tel Saint-Georges terrassant le dragon – sur le point de transpercer une bulle transparente à l’intérieur de laquelle on aperçoit… Mme Debby Goudy, enragée, en compagnie d’un chat apeuré et miaulant lamentablement ! C’est drôle : on dirait que le jeune artiste a représenté à la fois le rêve qu’elle vient de faire et la réalité…

Aglaë est partagée entre un sentiment d’indignation (tout de même, quel culot de barbouiller ainsi une façade !) et une envie de rire, car le garnement a parfaitement su rendre l’attitude caractéristique de Mme Debby Goudy (la férocité incarnée !), qui fait sa réputation dans le quartier. Bien vu ! se dit la jeune femme.

Toujours perché près de la grive qui l’a séduit de son chant mélodieux, le perroquet renonce temporairement à faire la cour à la belle oiselle. Intrigué par les exclamations d’Aglaë, il retourne se percher sur son épaule. Tournant sa tête d’un côté et de l’autre d’un air un peu hautain, il examine les dessins d’un air expert puis pousse un strident TOC-TOC-TOC, suivi d’un éclat de rire. Imite-t-il son ancien propriétaire ? Ou alors, Aglaë elle-même ?

Il n’en fallait pas plus pour que Mme Debby Goudy surgisse du bar comme un diable hors de sa boîte, ses grosses jumelles toujours pendues autour du cou, un balai à la main.

Enfer et damnation ! Elle se précipite vers Aglaë et l’adolescent, qui attend les bras ballants, tout penaud. Apercevant l’oiseau multicolore sur l’épaule de son employée, la patronne s’étrangle :

« Ah ! Enfin je te tiens, sale bête ! Je vais t’apprendre à me narguer et à me taper sur les nerfs avec ton TOC-TOC-TOC infernal !!! »

Elle brandit son balai et tente de l’abattre sur le perroquet… mais celui-ci s’envole lestement. Il retourne se percher sur le marronnier, auprès de sa jolie grive. À présent, l’arbre s’est rempli d’oiseaux, bien curieux de voir ce qui allait arriver : un minuscule troglodyte mignon, une sitelle torchepot qui joue les acrobates et un casse-pipe Saint-Claudien – un pendulaire à plumes originaire du Jura, venu lancer ses cui-cui stridents du côté de Carouge… Avec le petit groupe de volatile, il se lance dans un concert printanier.

Aglaë tente de calmer sa patronne : le TOC-TOC-TOC n’en est pas un, c’est juste le perroquet qui s’amuse à imiter ce qu’il entend… Mme Debby Goudy grince des dents d’un air excédé, car avec tout ça, la fameuse enquête de son employée n’a pas avancé d’un iota. D’où vient ce fameux bruit ?!, se demande Mme Goudy

En jetant un coup d’œil furieux derrière les planches, elle manque de s’étrangler en apercevant les tags qui « ornent » la façade de son Royal Kitten : pas ressemblant du tout, un horrible gribouillage, bête et méchant, elle va porter plainte, ça ne fait pas un pli ! Aglaë sourit sous cape, persuadée que l’adolescent était responsable du TOC-TOC-TOC, en clouant ses planches.

Et là… TOC-TOC-TOC…

« Mais c’est quoooooooi, ce bruit ? »

Claudine Zbinden

La suite, c’est par ICI !

Et pour retrouver tous les épisodes, c’est par LÀ !

Photo : © Fabien Imhof

Une réflexion sur “Du jardin au balcon : épisode 12

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.