Du jardin au balcon : épisode 20

C’est le printemps ! Des jardins aux balcons, la belle saison est là… mais, quand on est enfermé.e.s à l’intérieur, difficile d’en profiter.

Du jardin au balcon est un projet d’écriture participative qui veut remédier à cette situation. La Pépinière a réuni des rédacteurs très différents – amateurs, confirmés, loufoques, sérieux, timides ou exubérants. Un seul mot d’ordre : faire vivre le printemps, en observant ce qui est là – de l’autre côté de la fenêtre, sous le balcon, dans le jardin.

Entre le feuilleton et le cadavre exquis, Du jardin au balcon vous accompagnera chaque jour dans un texte évolutif et des aventures rocambolesques. À l’issue du projet, nous aimerions envoyer gracieusement le texte ainsi produit aux EMS du canton, afin d’apporter à leurs pensionnaires un peu de printemps, en cette période troublée.

Alors, vous nous suivez ? C’est parti !

Retrouvez le début du feuilleton ICI !

* * *

Épisode 20 : dans la gueule du canard

Nos aventuriers ne sachant ce qui les attend au-delà de la porte du coucou suisse géant, le grincement provoque une réaction en chaîne : Skipy tourne la tête vers Kiri, qui tourne la sienne vers Aglaë, qui à son tour imite le mouvement demi-circulaire en direction de Sidoine.

Les six yeux – ceux de l’artiste mural, de la nodophile, ainsi que du perroquet rapace toujours juché sur son épaule – perçoivent alors un mouvement qui leur semble complètement irréel.

Et pour cause : de ses deux mains, Sidoine a saisi son canard par le flan et le renverse sur le dos. Le palmipède brasse l’air de ses deux courtes pattes et ouvre grand son large bec. Et là, au lieu d’entendre un puissant COIN !… ou même un vague coin… de protestation, ils entendent un discret gzzzzit accompagnant la sortie d’un objet qu’ils reconnaissent être… un micro.

Un micro qui sort du bec du canard. L’érismature routoutou vient de régurgiter un micro. Ça alors.

Dans la foulée, Skipy, Aglaë et Kiri voient Sidoine diriger le micro en direction de la porte, laquelle réalise sa magistrale ouverture grinçante jusqu’au chtoc ! final des deux pans, qui ont chacun atteint leur limite. Une fois la porte autant bée que les bouches de Skipy et d’Aglaë (tous deux ayant suivi le même mouvement), le jeune homme redresse son anatidé – qui ravale aussi sec le micro, d’un battement d’ailes. Glup.

Sidoine a l’œil du vainqueur et les mains qui tremblent d’excitation. Il sent néanmoins qu’il doit une explication à ses compagnons :

« Dans la vie, je suis caissier de zoo pour payer mon loyer… mais ma passion, c’est d’enregistrer des sons. Quand j’ai recueilli cet érismature routoutou, blessé par un gorille apeuré par le sifflet rouge d’un policier qui toussait – quand j’ai recueilli ce canard, donc, je l’ai remis sur palmes en remplaçant une partie de son bréchet (croqué par le gorille) par un astucieux système d’enregistrement sonore intégré. Autrement dit, je lui ai greffé un micro pour lui sauver la vie. Grâce à mon invention, j’ai pu enregistrer les sons les plus insolites : qui croirait que ce canard cache, en réalité, un micro capable d’espionner le moindre bruit ? J’ai par exemple récolté la plus grande collection de soufflages de bougies au monde. Alors, quand j’ai pressenti que la porte géante de ce coucou suisse était sur le point de s’ouvrir, je ne voulais en aucun cas rater ce ggggnnnnnîîîîîî grinçant, si caractéristique du frottement de l’abies alba helvète…»

Devant la mine perplexe d’Aglaë, Sidoine se met en peine d’expliquer :

« Abies alba – c’est l’autre nom du sapin blanc. Et, comme chacun le sait, tout bon coucou qui se respecte est sculpté avec amour dans du sapin blanc… »

« TOC-TOC-TOC ! Ce type est coooooomplètement TOC-TOC-TOC ! » lui lance Kiri en allongeant son cou.

Auquel répond, comme en écho, un TOC-TOC-TOC ! s’approchant à grande vitesse des aventuriers, depuis les tréfonds mécaniques du coucou…

« ATTENTION !!! Écartez-vous ! » a tout juste le temps de crier Skipy, grâce à des réflexes aiguisés par ses activités illégales.

Mireille Senn

La suite, c’est par ICI !

Et pour retrouver tous les épisodes, c’est par LÀ !

Photo : © Fabien Imhof

Une réflexion sur “Du jardin au balcon : épisode 20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *