La Geste d’Avant le Temps : épisode 18

Votre salon est trop petit pour vos ambitions ?

Vous rêvez de parcourir des étendues sauvages, des citadelles élancées, de terrasser des dragons, de rencontrer des elfes, de mettre la main sur un trésor… ou d’embarquer sur un bateau pirate ? La Geste d’Avant le Temps est un récit participatif qui veut remédier à l’exiguïté de nos domiciles et rêver d’un autre monde.

La Pépinière a réuni des rédacteurs très différents : amateurs, confirmés, jeunes ou plus âgés, sages, originaux, déjantés, bagarreurs… Ensemble, ils vont vous emmener dans une quête épique, entre fantastique et science-fiction – sur les ailes de leurs imaginations !

Entre le feuilleton et le cadavre exquis, La Geste d’Avant le Temps vous accompagnera chaque jour dans un texte évolutif et des aventures palpitantes. Nous espérons ainsi vous changer les idées, en cette période confinée… Que faire à l’issue du projet ? Lecture publique ? Publication ? Performance ? Nous cherchons encore des idées !

Alors, vous nous suivez ? C’est parti !

Retrouvez le début du feuilleton ICI !

* * *

Épisode 18 : à travers…

Hypérion resta bouche bée, la harpe à la main.

Que s’était-il passé ? Il avait bien senti cette énergie, en apesanteur devant lui, si proche… Il se tourna d’un bloc vers Je’An. Ce dernier, perplexe, fronçait les sourcils. Hypérion s’approcha des colonnes et scruta avec minutie les symboles qui lui étaient étrangers. Un code ou une combinaison… il doit bien y avoir un moyen. Il appuya de nouveau, mais dans un nouvel ordre. Rien. Essaya de jouer de la harpe avant de combiner les chiffres. Toujours rien. En désespoir de cause, il tenta même de faire vibrer les cordes et d’activer une éventuelle suite de symboles simultanément.

Mais en vain.

Hypérion commençait à perdre patience, et les événements récents, ajoutés à la fatigue du voyage et au stress émotionnel, eurent raison de lui. De rage, il jeta la harpe d’Elestra dans le sable et frappa le vide, soulevant un léger nuage de poussière qui disparut dans l’air.

« Mais enfin ! » s’exclama-t-il. « Je serais donc venu jusqu’au fin fond d’un désert pour rien… ! »

Pendant tout ce temps, Je’An était resté silencieux, observant la scène avec attention. Il s’approcha d’Hypérion :

« Donne-moi la harpe… je vais essayer. Ces colonnes sont liées à mon peuple : la clé réside peut-être dans un de ses membres ? »

Sans un mot, Hypérion lui tendit la harpe et s’écarta pour lui laisser le champ libre. Le jeune albinos réitéra la manœuvre, en appuyant sur les symboles représentant les chiffres, et ce dans l’ordre des paroles des chansons populaires. Il était un géant… quarante-six… septante-six… seize… trente-deux… puis, dans un geste aérien, il leva le bras et ses doigts frôlèrent les cordes. Le son s’éleva, léger et doux, puis s’amplifia jusqu’à donner l’impression qu’il occupait tout l’espace du Désert des Larmes Sèches.

Alors, à nouveau, cette même énergie étrange se manifesta et se matérialisa devant eux. L’air ressemblait à une eau claire, ondulant lentement dans la chaleur du désert. Hypérion s’avança à la hauteur de Je’An et tous les deux se jetèrent un coup d’œil entendu.

Ensemble, ils franchirent le portail.

Natacha Bossi

Photo : ©Genty

La suite, c’est par ICI !

Et pour retrouver tous les épisodes, c’est par LÀ !

Une réflexion sur “La Geste d’Avant le Temps : épisode 18

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code