The Lady Killers (1955). Menuet pour gangsters de salon

Cinq malfrats s’incrustent chez une innocente octogénaire le temps d’y préparer le braquage d’une banque avoisinante. Plongée dans l’Angleterre des années 50 avec une comédie so british, à la fois surannée et contemporaine, n’ayant pris de rides que celles qui confèrent son charme à son interprète féminine.

Lire la suite

La jeune fille et l’araignée : comment larguer les amarres ?

À mi-chemin entre le réalisme et le fantastique, La jeune fille et l’araignée évoque une étape de vie délicate : le déménagement, et toutes les interrogations qu’il soulève en nous : nos rêves, nos peurs, nos regrets. C’est un duo de réalisateurs suisses qui nous le propose, composé des frères Silvan et Ramon Zürcher.

Lire la suite

Nightmare Alley : film noir façon del Toro

États-Unis vers la fin des années 30, une troupe de forains présentant un spectacle de monstres accueille un vagabond solitaire mais charmeur. Pourtant, celui-ci se révélera rapidement encore moins rassurant que la troupe. Del Toro nous plonge alors dans un univers mêlant fantastique et film noir, le tout appuyé par le style gothique dont il a le secret.

Lire la suite

Spencer : la vie de princesse, rêve ou cauchemar ?

La vie de Lady Di est connue et bien connue. Pourtant, aujourd’hui encore, on s’y intéresse pour en explorer tous les méandres. Dans Spencer, le réalisateur Pablo Larraín se focalise sur le profond mal-être de la princesse qui tend à exploser pendant les fêtes de Noël, un moment symbolique et empreint d’une profonde tradition.

Lire la suite

Un jour sans fin : l’éternité, c’est long…

Sur l’idée scénaristique géniale d’un homme contraint de revivre indéfiniment la même journée, le réalisateur Harold Ramis signe l’une des meilleures comédies des années 90. Et offre à Bill Murray son plus grand rôle.

Lire la suite

È stata la mano di Dio : Sorrentino et le S.S.C. Napoli

Fabietto est un adolescent comme tous les autres vivant sans se soucier de l’avenir, entouré d’une famille aimante et haute en couleurs. Sa candeur s’efface pourtant au fur à mesure lorsqu’il doit affronter les premières épreuves de la vie. Sorrentino retrouve sa ribambelle de personnages loufoques et Maradona dans ce qui se veut être son film le plus personnel pour ne pas dire autobiographique.

Lire la suite

House of Gucci : Le rouge et le vert

Le Milan des années 70, Patrizia, secrétaire dans la compagnie de son père, rencontre Maurizio, jeune homme timide mais héritier de l’une des plus prestigieuses familles italiennes. Ridley Scott nous revient avec un film aux airs de tragédie shakespearienne et porté par un casting… de marque.

Lire la suite

Grâce à Dieu : quand l’abjection dépasse l’entendement

En 2018, François Ozon réalisait Grâce à Dieu, racontant le combat des victimes d’abus sexuels du Père Preynat, et l’affaire judiciaire qui s’en est suivie. Un film bien souvent intenable, mais nécessaire pour mettre au jour la vérité.

Lire la suite