Jeux de voyeurs dans All Eyes On

Dimanche soir, durant La Bâtie – Festival de Genève, les spectateurs du Théâtre Saint-Gervais sont entrés dans l’intimité d’une jeune cam-girl lors du spectacle All Eyes On. Une performance, (déconseillée au moins de 16 ans) de et interprétée par Teresa Vittucci, aussi surprenante que drôle.

Lire la suite

Jeu en miroir et leurre maternel

Une dispute éclate à l’Alchimic, au sein d’un couple d’une certaine banalité : Monsieur est dans la finance et Madame a travaillé toute sa vie à s’occuper des enfants. Le premier mène sa vie, la seconde espère être à nouveau utile et s’est, au fond, bien fait avoir par l’ingratitude de son entourage. 

Lire la suite

Souvenirs dystopiques d’un homme de 121 ans

Imposture Posthume entraine les spectateurs, au théâtre Saint-Gervais, dans un voyage dont ils ne sortiront pas indemnes. Attachez vos ceintures, Joël Maillard ne vous épargnera aucune turbulence dans cette pièce un peu tragique, futuriste et ironique.

Lire la suite

« We need space » : laissez-vous surprendre

Avez-vous quatre heures devant vous ? Peu de monde serait capable de répondre par l’affirmative à cette question. Le temps est séquencé, tronqué, rentabilisé. Si tel n’est pas le cas, il est indéniablement… perdu ! Mais pas au Grütli, où l’on s’immerge toute une soirée dans une performance où l’heure n’a plus d’importance.

Lire la suite

Hyperborée : l’expédition théâtrale par-delà le Grand Nord

Au Théâtre Saint-Gervais, les spectateurs sont emportés sur un bateau, ballotés par les vagues et le vent. Les commandants de bord sont trois artistes (Rudy Decelière, Anne-Sophie Subilia et Jean-Louis Johannides) qui mènent une performance d’une grande beauté, où le réel se confond avec l’imaginaire : Hyperborée.

Lire la suite

Le Misanthrope : la froideur du jeu en société

Dans un décor magnifique, au théâtre de Carouge, on joue le Misanthrope de Molière : mais si le décor est somptueux, il ne l’est qu’en apparence. Il suffit de gratter un peu pour se rendre compte que les conversations qui s’y tiennent ne sont que façade et paroles en l’air. Un homme, un seul, voudra casser les codes de cette société : Alceste, l’atrabilaire amoureux.

Lire la suite