Âmes Sœurs

« Porté sur le calcul et l’analyse, Victor était insensible au besoin de l’être humain de parler pour exister, à la nécessité de créer un réseau d’amis à qui exprimer son bonheur ou son malheur d’être en vie. Il était […] incapable de la moindre sympathie pour ses frères humains déboussolés. Incapable de comprendre leur besoin de se connecter et de communiquer pour briser le lourd silence de l’univers. »

Lire la suite

Geste : L’électricien de l’État

Aujourd’hui, Matthias Cyrkiel vous propose de réfléchir à un geste lourd de conséquences, qui n’est pas sans évoquer une œuvre bien connue de Stephen King… mais chut, je n’en dirai pas plus. Bonne lecture !

Lire la suite

Sur le chemin de l’épanouissement et de la liberté

« Homo fit, non nascitur. C’est Érasme qui le dit ! On ne naît pas achevé, complet, on le devient… à coups d’expériences, d’exercices, de rencontres, d’imprévus, d’errances, de faux pas. J’ai plutôt l’impression que je dois me défaire, déposer, quitter, abandonner. »

Lire la suite

Les mondes d’après-demain : L’appel

Aujourd’hui, Valentina Poduti vous propose un texte inspiré d’une des tendances majeures de la science-fiction contemporaine : la dystopie. L’univers qu’elle construit ressemble, par bien des côtés, à notre réel… Bonne lecture !

Lire la suite

Du début à la fin : Non mais, tu t’crois où ??

Aujourd’hui, Elias Abderraziq vous invite dans la cour de récréation. Il vous propose de plonger dans le patois suisse romand. Sa mission ? Inclure une série de mots imposés par le hasard, tirés des parlés de Romandie. Saurez-vous tous les identifier ? Bonne lecture !

Lire la suite

La patience du serpent (Anne Brécart) : Malaise dans la civilisation

« La peau de Christelle se recouvrait d’une fine couche de transpiration, pendant que le chamane entamait une mélopée, puis chacun remerciait la terre nourricière pour le maïs, les fruits et les légumes qu’elle leur offrait. Lorsque la chaleur devenait intenable, une des quatre portes était ouverte, l’air de la nuit paraissait incroyablement frais à Christelle qui le buvait comme si c’était de l’eau. » (p. 70)

Lire la suite