À quoi sert le théâtre ?

Le Théâtre de Carouge accueillait jusqu’au 16 octobre une palette de talents avec Le Jeu des Ombres, une adaptation du mythe d’Orphée écrite par Valère Novarina et mise en scène par Jean Bellorini. Comédien·ne·s, chanteur·se·s d’opéra et musicien·ne·s viennent sublimer leur métier dans un écrin artistique inaccessible.

Lire la suite

Le dieu vengeur, encore et toujours

Avec La Juive, composé en 1835 par le franco-allemand Fromental Halévy, Le Grand Théâtre de Genève peuple notre univers  de la musique romantique européenne par de nouvelles images sonores et lourdes de menace. À la fois tragique, prenante mais dérangeante, la thématique a de quoi nous tenir en haleine, et ce jusqu’à fin septembre. Filez Place De Neuve ! 

Lire la suite

Babel poético-bordélique

Au Théâtre de Carouge, puis en tournée en Suisse et en France, se joue « Room », la dernière création de l’omnipotent James Thierrée qui règne sur un monde parallèle où s’entrecroisent théâtre, danse, cirque, langues, opéra, acrobatie, mime, contorsionnisme, musique et chants, dans un brouillamini vertigineux.

Lire la suite

La Comédie : retour au Dragon d’or

Du 20 au 23 janvier 2022, la salle modulable de la Comédie de Genève se transforme en restaurant : bienvenue dans Le Dragon d’or, un opéra-théâtre mis en scène par Julien Chavaz et composé par Peter Eötvös. Une autre manière de découvrir la pièce éponyme de Roland Schimmelpfennig, avec cinq chanteur·euse·s d’exception et l’Ensemble Contrechamps.

Lire la suite

Arts vivants : d’infinies possibilités

Du 27 octobre au 1er novembre, l’ADC accueille la dernière création de Marie-Caroline Hominal, Sugar Dance, un spectacle qui mêle divers arts et générations, « entre la fiction et la réalité d’une représentation ». Une énergie folle à voir absolument.

Lire la suite

Avoir le blues et donner le sourire

Papageno, l’oiseleur de La flûte enchantée, en a assez de vivre toujours la même histoire depuis plus de 200 ans. Sur la scène du Crève-cœur, dans la peau de Guillaume Paire, il exprime son mal-être. C’est Le blues du perroquet, à voir jusqu’au 15 décembre.

Lire la suite