« Malcolm and Marie » : je t’aime, moi non plus

Dans un huis-clos intimiste, Zendaya et John David Washington se déchirent et se réconcilient sous l’œil de la caméra de Sam Levinson. Le réalisateur échoue pourtant à restituer la tension et l’émotion qu’il fustige par ailleurs. Analyse.

Lire la suite

« Billy Wilder et moi » : le chant du cygne d’un certain Hollywood

Été 1977. Sur une île grecque transformée en plateau de cinéma, Calista retrouve Billy Wilder sur le tournage de son avant-dernier film, Fedora. Tandis que la jeune femme s’enivre de cette aventure dans les coulisses du 7e art, le réalisateur vit ce tournage comme son chant du cygne et entraîne Calista sur la piste de son passé, au cœur de ses souvenirs familiaux les plus sombres.

Lire la suite

El robo del siglo : le casse du siècle des « Pieds Nickelés » sud-américains

Dans El robo del siglo, en salles depuis le 5 mai, Ariel Winograd raconte l’histoire vraie du braquage audacieux d’une banque à Buenos Aires en 2006. Des préparatifs au casse lui-même, le réalisateur argentin nous plonge en immersion avec ses personnages, avec empathie et beaucoup d’humour.

Lire la suite

Sexe, drogue, rock’n’roll et… psychopathie !

« Ado, je rêvais d’être comme Kurt Cobain, le suicide en moins. Me voilà à l’âge de sa mort, vingt-sept ans, et je lui ressemble de plus en plus. Je n’ai pas encore envie de mourir, mais la déprime ne me lâche plus d’une semelle et s’ajoute à mon complet désœuvrement. »

Lire la suite

4321 : une personne, quatre personnages

« Au lieu de conserver la notion de personne portant trois noms, il inventerait trois autres versions de lui-même et raconterait leur histoire parallèlement à sa propre histoire […], il allait ainsi écrire un livre sur quatre personnages identiques mais différents portant tous le même nom : Ferguson. »

Lire la suite

Le lambeau : le temps perdu de Philippe Lançon

« J’entendais de mieux en mieux le bruit des balles une par une et, après m’être recroquevillé, ne voyant plus rien ni personne, coincé comme au fond d’un caisson, je me suis agenouillé puis allongé doucement, presque avec soin, comme pour une répétition, en pensant que je ne devais pas, en plus du reste – mais quel reste ? – me faire mal en tombant. »

Lire la suite