Innocente culpabilité

« Une professionnelle de treize ans, six mois et huit jours, qui s’était aussitôt organisée avec la ferveur qui s’attache aux bonnes résolutions de nouvelle année. Elle serait digne de ce travail rémunéré par la fondation Galatée. Nulle jalousie envers celles qu’elle sélectionnerait, car son tour viendrait. Cathy le lui avait promis : les bénéficiaires des bourses avaient entre treize et quinze ans. Cathy avait eu tort de précipiter les choses. L’année prochaine, elle se représenterait. » Continuer la lecture de Innocente culpabilité

Manhattan : l’ode de Woody Allen à New York

« ”Chapitre un : il adorait New York, même si New York métaphorisait le déclin de la culture contemporaine. Il était dur de survivre dans une société insensibilisée par la drogue, la musique stridente, la télévision, les crimes, les ordures…” (Trop agressif. Je ne tiens pas à faire agressif.) “Chapitre un : il était aussi dur et romantique que la ville qu’il adorait. Derrière ses lunettes noires il cachait la puissance sexuelle d’un grand félin.” (J’adore, ça !) “New York était et serait à jamais sa ville.” » Continuer la lecture de Manhattan : l’ode de Woody Allen à New York

L’énigme Jaccoud : autopsie d’une affaire qui a défrayé la chronique

« Le phénomène est bien connu. On projette nos désirs et nos ambitions sur des personnages publics. Leur succès est un peu le nôtre. Et puis survient la faute, le faux pas qui déçoit et l’enfant chéri devient l’homme à abattre. On se sent trahi, on regrette d’avoir applaudi, d’avoir fait confiance. On accepte mal l’imperfection de celui qui portait nos espoirs. Alors on l’humilie si on peut ; on l’abandonne souvent. Le héros porté aux nues est soudain désacralisé. Plus haute était la position, plus rude est la chute. Jaccoud est seul. » Continuer la lecture de L’énigme Jaccoud : autopsie d’une affaire qui a défrayé la chronique

Un rêve pas si familier pour un cœur transparent

En mai 2018 sortait sur les écrans Et mon cœur transparent, le premier long métrage des frères Vital-Durand. Dans ce film dont le titre est tiré du fameux poème de Verlaine « Mon rêve familier », il est question de relations amoureuses, sur fond d’activisme écologique. Une œuvre surprenante et méconnue, qui ne demande qu’à être vue… Continuer la lecture de Un rêve pas si familier pour un cœur transparent

Quotidiens et destins, chez Paulette Éditrice

Chez Paulette Éditrice, on aime les pives. Littéralement. Avec un format de poche de 10 / 13cm, les pives de Paulette sont des textes brefs et piquants. Aujourd’hui, je vous en propose deux qui ne laissent pas indifférent.e.s, publiées en 2019 : Les couleurs grossières de Vincent Yersin et Dernier appel de Hugo Saint-Amant Lamy. Continuer la lecture de Quotidiens et destins, chez Paulette Éditrice

Aventure sibérienne : Horangi, le dernier tigre de l’Oussouri

Noël approche… et vous vous demandez peut-être ce que vous pourrez mettre sous le sapin ? Si vous avez des enfants, pourquoi ne pas les faire voyager ? Olivier May signe Horangi, le dernier tigre de l’Oussouri aux éditions uTopie, une aventure en pleine Sibérie, illustrée par Nicole Devals. Continuer la lecture de Aventure sibérienne : Horangi, le dernier tigre de l’Oussouri