Bribes de voyage

« On ne dépasse pas une mauvaise expérience dans la réclusion, mais en se risquant dans d’autres aventures, tant et si bien qu’enfin le ressentiment vacille ; qu’entamée, divisée, réduite à de frêles îlots, l’amertume laisse place au désir retrouvé d’inconnu et de surprise »

Lire la suite

L’amour pour la Vie

« J’ai fait un effort pour cacher ma gêne. Pourquoi avais-je aussi souvent envie de pleurer ? J’aurais tellement aimé pouvoir dire un merci joyeux à cette femme et m’en aller content. Non, j’étais au bord des larmes, pitoyable. Je me jugeais d’une faiblesse extrême. »

Lire la suite

Une satire aussi hilarante que percutante

« Comme le suggère notre nom latin, Blattodea, nous sommes des créatures qui évitent la lumière. Nous comprenons et aimons l’obscurité. En des temps plus récents, au cours des deux cents derniers millénaires, nous avons vécu près des humains et découvert leur propre goût pour l’obscurité, à laquelle ils sont moins attachés que nous. Mais dès qu’elle prévaut chez eux, nous prospérons. »

Lire la suite

Âmes Sœurs

« Porté sur le calcul et l’analyse, Victor était insensible au besoin de l’être humain de parler pour exister, à la nécessité de créer un réseau d’amis à qui exprimer son bonheur ou son malheur d’être en vie. Il était […] incapable de la moindre sympathie pour ses frères humains déboussolés. Incapable de comprendre leur besoin de se connecter et de communiquer pour briser le lourd silence de l’univers. »

Lire la suite

La Ritournelle de Knut Hamsun

Que faire, lorsque la faim tenaille ? Déambuler, peut-être, et s’inventer une vie – une ritournelle propre à endormir le ventre. Entre tragique et comique, texte et musique, Julien Meyer met en scène Ritournelle, d’après Faim du romancier Knut Hamsun.

Lire la suite

Trois romans brefs : poétiques et minuscules

Quand le temps joue contre moi, je cherche des romans taille minuscule – aussi menus qu’un caillou glané sur le chemin, glissé dans une poche. Le dépaysement n’en est pas moins grand qu’avec une saga, et la poésie demeure, elle, bien là. Pour s’en convaincre, il suffit d’ouvrir Cours de cuisine de Rosario Castellanos (chez Paulette Éditrice), Roman de gares de Jean-Pierre Rochat et Roches tendres de Julien Buri (tous deux chez les Éditions d’autre part).

Lire la suite

L’Anomalie : À la recherche du tempo perdu

« Un Boeing 787 d’Air France, endommagé tout comme celui-ci et piloté par ce même commandant Markle, assisté du même Favereaux, et embarquant les mêmes passagers (…) s’est posé à l’aéroport de JFK, mais c’était le 10 mars dernier à 17 h 17. Il y a cent six jours exactement. »

Lire la suite

En transit : la zone grise avant l’exil

Inspiré d’une mésaventure qui lui est arrivée, l’auteur iranien Amir Reza Koohestani se crée un alter ego féminin qui, bloqué dans un aéroport, lit Transit d’Anne Seghers et en rencontre les personnages. Un spectacle sur ces zones grises qui précèdent un voyage forcé, à voir à la Comédie de Genève jusqu’au 6 mars.

Lire la suite

Découvrir le passé autrement

« Aussi surprises l’une que l’autre, nous faisons connaissance. Elle me bombarde de questions : ‘’Quel âge as-tu ? Où vis-tu ? Quelle est ta profession ? Es-tu mariée ? As-tu des enfants ?’’
– Et vous, Madame Viardot, vous ne vous ennuyez pas trop en ces lieux ? »

Lire la suite

La nuit des rois. Pourvu que l’aube ne pointe pas.

Hasard du calendrier, un jeune homme entre en prison le jour de la lune rouge. Selon la tradition, il devra raconter une histoire toute la nuit pour avoir une chance de rester en vie aux premières lueurs de l’aube. Quelque part entre film carcéral et fable fantastique c’est à une surprenante veille que Philippe Lacôte nous convie dans La nuit des rois.

Lire la suite