Cry : soigner les derniers détails dans l’ombre

Cry se jouera dès le 3 décembre au Théâtre Saint-Gervais. Entre cris et pleurs, c’est la violence qui sera au rendez-vous, avec un côté très sanglant. Afin que le rendu corresponde aux volontés de la troupe, la technique œuvre dans l’ombre pour régler tous les détails.

Lire la suite

Cry : et si la politesse conduisait à la violence ?

Du 3 au 7 décembre prochain, le Théâtre Saint-Gervais accueillera la reprise de Cry, un spectacle en grec surtitré français, dans lequel l’excès de politesse peut mener à un accès de colère. Faut-il hurler ou pleurer ?.

Lire la suite

Le quotidien d’un tueur en série comme vous ne l’avez jamais vu

Film choc de l’année 1992 à l’humour belge trash, C’est arrivé près de chez vous est le révélateur de l’ultra-violence de son époque. Et révèle aussi l’un des plus grands acteurs de sa génération : Benoît Poelvoorde.

Lire la suite

Faire face au Chaos intérieur et à celui du monde

En résidence au Théâtre Pitoeff, la Cie Uranus fait découvrir au public une part de la violence du monde et des traumatismes qu’elle engendre. Dans Chaos, les mots de Valentine Sergo et les histoires de femmes qui ont vécu l’enfer résonnent, dans un contraste entre humour surprenant et violence extrême. Une pépite à voir jusqu’au 24 octobre.

Lire la suite

Désamorcer les violences par le rire… mais pas que !

H.S. – tragédies ordinaires. C’est le titre d’une pièce de Yann Verburgh, librement adaptée sous forme de conférence théâtrale par le collectif Sur Un Malentendu, à la Comédie de Genève le week-end dernier, avant une potentielle tournée…

Lire la suite

L’Amérique du sud à corps et à cris

« Il y a dans le monde des enfants adoptés qui reçoivent tout l’amour dont ils ont besoin et même davantage. Certes, ils ne sont pas amnésiques, mais à un moment donné de leur vie, ils vont rechercher avec fièvre des traces de leurs géniteurs. Cette démarche est inscrite dans les gènes, dans le sang. »

Lire la suite

Tout, tout de suite : autopsie de la barbarie

« L’énorme machine étatico-policière s’est donc mise en branle. D’où ce mur qu’affronte Yacef, dès ses premiers coups de fil au père d’Élie. Il tient l’otage, qu’il peut liquider, il croit avoir, lui, le caïd, ‘’ les rênes en main’’, et pourtant, très vite, il se trouve en position de quémandeur. Étrange renversement des rôles. »

Lire la suite